Tous les articles classés dans : Non classé

Maroc / Peinture / Mounir Dehane / DE QUELLE FAÇON LE PAYSAGE…

Parfois, le paysage inspire l’abstraction. C’est dans ses volumes, dans le déplacement de la clarté et les masses que font les collines et le ciel. Mounir Dehane évoque d’abord cette possibilité. Puis il parle d’un sentiment plus complexe, qui pourrait être le rapport au monde qui nous entoure, notre relation à l’autre. Il faut inventer un mot pour ça, et l’abstraction le lui fournit. Cette forme qui se délite (ou se recompose), cette couleur qui va dans des lavis, suggèrent des rivages et des corps, qui seront au plus près de l’émotion, et de la compréhension de son environnement. Un homme, une immensité, dans laquelle trouver sa place et sa cohérence. Le passage à l’abstraction est à chercher dans ces parages. Paysage donc. « A un moment je l’ai beaucoup peint. J’aime beaucoup les lieux autour de Chemaia, une petite ville où j’ai grandi entre Marrakech et Safi. Peut-être que la première couleur dont je me souviens, elle est là, dans l’ocre. Et puis en 2007, j’en suis venu à peindre différemment. » Et il parle alors …

RDC / Dessins / Audry Mputu, une série…
DANS LES EAUX TERRITORIALES

D’abord, il y a des navires qui sombrent. Et l’on imagine toutes ces victimes qui s’en vont à la mort, dans les vagues bleues et rouges. Des chaloupes retournées, des mains qui tentent d’agripper le ciel, des marins qui jettent aux cadavres des bouées. La cruauté est là. Elle déborde du dessin. Dans cette absurdité des sourires, dans cet horizon improbable dont on ne peut s’approcher. Elle est dans la mort qui serre contre elle un enfant, habillé d’un gilet orange. Ces derniers mois, Audry Mputu a concentré son travail sur cette mer poisseuse, si belle et si fatale, qui mangent les humains. Par dizaines, il a dessiné ces instants du drame. C’est quasiment une chronique qu’il tient de ces disparitions nombreuses autant qu’anonymes. Il met des visages, il fait un ouvrage de mémoire, en refusant que la mer recouvre tout. Elle s’appelle Méditerranée. Elle baigne les beaux rivages de l’Italie et de la Libye. Il faut prendre le temps de ce travail, qui documente de façon fictive ce drame consenti par l’Occident. Régulièrement, la …