Ghana-Pays de Galles / Plasticienne textile / Anya Paintsil / DANS CETTE LANGUE QUI EST LA MIENNE

L’enfance s’y prête à merveille. Aucun des personnages qui l’habitent n’est figuré d’une manière unique. C’est une période d’expérimentation. Dans le monde d’Anya Paintsil, il en est ainsi. L’espace et ceux qui évoluent à l’intérieur portent les noms de ses frères et sœurs. Ils sont mamans et marins, ils ont des visages interchangeables, de culture africaine autant que galloise

Site Web créé avec WordPress.com.

Retour en haut ↑