Blog

ZO mag’
Magazine d’art contemporain

Java / Photographie / Hengki Koentjoro / QUI N’A PAS DE FIN ET DE COMMENCEMENT

Vous l’aurez remarqué, la photographie revêt souvent une forme d’urgence. Il faut à tout prix qu’on la prenne, là et maintenant, peu importe le reste : c’est un désir violent. L’image, le temps, la volonté d’interférer sur ça, c’est-à-dire la mortalité, et la durée antagoniste, sont dans une sorte d’accouplement obligé. Et puis il y a Hengki Koentjoro.

Afrique du sud / photographie / Buhlebezwe Siwani /

Il s’agit d’une image photographique, mais il pourrait s’agir d’autre chose, d’une installation, d’un film ou d’une performance. D’ailleurs, c’est à ce support que Buhlebezwe Siwani pense le plus souvent quand une idée se présente. Ce recours lui vient de son enfance.

Algérie / photographie / Liasmine Fodil / CENT IMAGES ET CENT MOTS

Si vous lui demandez la place que tient la photographie dans le paysage algérien, et s’il est difficile d’être une photographe, Liasmine Fodil vous répondra que la photo commence à exister. Par ce terme, elle entend la possibilité d’aborder des thèmes de société, des choses qui ont trait à la ville, à l’éducation, à la possibilité de liberté pour une femme, de se déplacer et de prendre un appareil photo.

Ethiopie / photographe / Aida Muluneh / AUX HABITANTS DE LA TERRE

Il est réconfortant d’écouter Aida Muluneh parler de la photographie. Dans ses interviews, elle évoque, avec raison, son cheminement personnel comme elle le ferait du travail dans le laboratoire. La dissolution du révélateur, sa température, le choix du papier : tout ça tient d’abord d’une connaissance technique autant qu’émotionnelle. La même lucidité intervient dans sa vie.

Biennale de Dakar / La Meute / Oumar Ball /RENDUS A LA DESOLATION

C’est un matin d’harmattan. Le ciel est pareil à une tôle percée. Le vent souffle au travers et fait grincer la terre. Les hommes sont fous, rendus féroces comme des bêtes. Sur la piste, les moteurs des 4×4 hurlent, mitrailleuses chargées, cadavres abandonnés au fond des puits. Oumar Ball expose à Dakar « la Meute »,

Ghana-Pays de Galles / Plasticienne textile / Anya Paintsil / DANS CETTE LANGUE QUI EST LA MIENNE

L’enfance s’y prête à merveille. Aucun des personnages qui l’habitent n’est figuré d’une manière unique. C’est une période d’expérimentation. Dans le monde d’Anya Paintsil, il en est ainsi. L’espace et ceux qui évoluent à l’intérieur portent les noms de ses frères et sœurs. Ils sont mamans et marins, ils ont des visages interchangeables, de culture africaine autant que galloise

Congo Brazzaville/ Peinture / Gatien Mabounga / CORPS EN MORCEAUX

Sur un carton déplié (qui n’est donc plus un carton prêt à l’emploi), Gatien Mabouga peint un corps en morceaux. Des jambes, des bras, dans un total désordre, puis une tête qui n’est pas africaine, et ça n’a aucune importance ! Sa peinture serait-elle contenue pour partie dans cette œuvre datée de 2022 ? Des morceaux épars qu’il faut rassembler pour être.

Haïti-France / plasticienne / Barbara d’Antuono / SE LEVENT TROIS FOURMIS ET DEUX CISEAUX

Le voyage est une nourriture importante. Quand le soleil se couche, ailleurs une lune se lève, qui parle forcément un autre langage. Le voyage est vaudou, il est curieux, il a des mains-pinceaux et des yeux-ouvre-boîtes. Barbara d’Antuono a découvert dans les années 80 cette fonction mobile que le corps doit entretenir, pour survivre aux saisons humaines.

Chargement en cours…

Un problème est survenu. Veuillez actualiser la page et/ou essayer à nouveau.


Abonnez-vous à mon blog

Recevez directement le nouveau contenu dans votre boîte de réception.

Site Web créé avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :