Tunisie / Plasticien / Hamda Saidi / ASSIS SUR UN MURET DE PIERRE

Le dessin est un lieu particulier. Dans sa relation avec le crayon, l’artiste cherche des éléments essentiels. C’est une sorte de charpente, un ADN à partir duquel d’autres évènements vont survenir. La peinture est l’une de ces possibilités. Mais il peut aussi s’agir de photographie, d’images animées, et d’autres choses encore qui mettent l’épaisseur au trait premier.

Découvrir les dessins peints de Hamda Saïdi revient à revenir dans ces premiers temps. Le plasticien tunisien entreprend un voyage dans ce bâtiment fondamental. Il trace avec une forme de bienveillance des situations qui sont des idées. Par exemple, deux personnages assis sur le rebord d’un écran de télévision, comme ils le seraient sur une jetée, devant l’immobilité de l’océan. Les scénettes d’Hamda Saïdi sont chargées de sentiments. Que fait ce couple, que l’on peut imaginer être des enfants, un après-midi dans les collines de Tunis, par-dessus le bleu de la mer ?

C’est cette question qui vient à l’esprit : de quoi le dessin est-il le prétexte ? « Il est varié, multiple et un, puisqu’il est fait sous l’exigence de la ligne errante. » Dans ce mot, il entend une exigence du mouvement, une nécessité de s’aventurer dans des directions qui peuvent apparaître à n’importe quel instant. « Le dessin est une sensibilité… il réagit à des impressions, des idées qui préexistent, qui sont contenues en nous et dans ce qui nous entourent. Le dessin est sensible à des stimuli. Il voyage de la même manière que le regard. Oui, je pense que le mot voyage convient le mieux. »

Ce n’est pas un hasard si le peintre stocke dans des carnets, d’une façon identique à l’écrivain, des éléments dont il fera plus tard une histoire, une toile, un film. Ça se passe dans les collines de Tunis ou d’ailleurs. Aux temps premiers de la création, deux enfants assis sur un muret de pierre.   

« Le dessin est une sensibilité… il réagit à des impressions, des idées qui préexistent, qui sont contenues en nous et dans ce qui nous entourent. Le dessin est sensible à des stimuli. Il voyage de la même manière que le regard. Oui, je pense que le mot voyage convient le mieux. » Hamda Saidi

RC (ZO mag’)
Photos: Hamda Saidi
Contact: https://www.facebook.com/hamda.saidi.5

Repères:
Hamda Saidi,  né le 01 février 1979 à Kibili/ Tunis (Tunisie), est un artiste plasticien. Il est détenteur d’une maîtrise (spécialité gravure) et d’un Master en Arts plastique à l’Ecole des Beaux-Arts de Nabeul (2000/2006). Il a ensuite obtenu un doctorat en Science et Technique des Arts de l’Ecole des Beaux-Arts de Tunis (2017).

Expositions personnelles :
2017: « Retro-cognition », Galerie des Arts et Métiers, Gabès (Tunisie).
2018: « Je regarde, je contemple », Palais de l’Image, Sfax (Tunisie).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Site Web créé avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :