Côte d’Ivoire / Peintures / Bernard Tano / 𝗗𝗘𝗣𝗔𝗥𝗧 𝗣𝗢𝗦𝗦𝗜𝗕𝗟𝗘 𝗘𝗡 𝗠𝗜𝗟𝗜𝗘𝗨 𝗗𝗘 𝗝𝗢𝗨𝗥𝗡𝗘𝗘

La peinture est tout entière dans le déplacement. L’enfermement lui est interdit. Sinon, elle en meurt, comme l’oiseau, comme le poisson et l’homme, contraints de rester à la même place. Personne ne peut y survivre. Dans cette série, Bernard Tano enfourche donc quelques véhicules très fantaisistes, vecteurs de liberté. Ce sont des motos bariolées, pétaradantes, des chevaux carrossés d’or et de pourpres, pétants comme des soleils, et sur lesquels il traverse la ville. Les passants se retournent. Certains sont très envieux et ne demandent qu’à monter sur le siège arrière. Rouler, voler, traverser les airs et les océans. Être libre, enfin, dans la profusion du possible.

Cette série sur le temps et l’espace (titre de l’une des œuvres) propose donc différents niveaux de lecture. Le premier nous ramène à cette échappée sauvage, comme tous les gamins en font. « Plus tard, je visiterai l’Amérique », semble dire ce passager sur la motocyclette. Plus tard, lui répond le peintre, « ma peinture inventera le monde et je traverserai ce pays pour voir si les travaux sont bien faits. » A cela la peinture pousse des cris de joie. Elle étale des rouges et des bleus, elle fait monter des fumées et entendre des cuivres verts. « Je suis le déplacement, je suis la vitesse du son et de la lumière », dit-elle dans cette profusion. « J’attendais cet instant qui fuit l’immobilité. »

Le devenir est incontournable dans la peinture de Tano. Devenir, parce que c’est la seule chose qui ait un sens, pour le tableau, ou l’enfant qui le dessine…

Le devenir est incontournable dans la peinture de Tano. Devenir, parce que c’est la seule chose qui ait un sens, pour le tableau, ou l’enfant qui le dessine, pour le pays qui est là, tout autour d’eux, au-travers de cette ville, de ce qu’elle dit, ce qu’elle écrit dans son quotidien, ce qu’elle retient et propose au futur. Devenir et en peindre le chemin, tel qu’on l’imagine. Une route qui file, jusqu’au bout de nous-mêmes, à l’ouest du soleil.

RC (ZO mag’)
Photos: B. Tano.

Voyage espace temps, technique mixte, 1, 50 x 1, 50 m (2020)
Voyage, technique mixte,  0, 30 x 0, 30 m (2021)
Voyage retour, 0, 30x 0, 30 m (2021)

A lire également: https://zoes.fr/2022/02/12/cote-divoire-peinture-bernard-tano-a-quelle-heure-part-cet-avion/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :