Afrique du sud / peinture / Thina Dube / MURAILLES DE VERRE, ACCES IMPOSSIBLES

Regarder une image passée de votre famille, lors d’un évènement ou dans une autre circonstance, peut générer des sentiments complexes. La nostalgie bien sûr est le plus courant. A moins que ce rapport soit plus conflictuel. La raison n’est plus seulement dans le cliché ou l’objet lui-même. Elle tient aussi à l’environnement qui s’y rattache.

Dans son récent travail, le plasticien Thina Dube (Afrique du sud) s’intéresse à ces interactions. Notre mémoire n’est pas une chose fluide et inconstante. Elle charrie des masses sombres et claires, de l’ignorance forcée et (non) consentie. Son identité ne nous appartient pas entièrement, parce qu’elle est autant collective que personnelle, suggère l’artiste qui vient coup sur coup de montrer plusieurs de ses réalisations avec la galerie Guns and Rain (Johannesburg).

Pour qui sont ces tournesols qui brillent sur l’autel ?

Parmi celles-ci, Thina Dube présentait une série de monotypes et de peintures « Fourth Wall », où il explore les thèmes de l’identité, de l’inclusion sociale, des médias et des réalités perçues. « Fourth Wall » (le Quatrième mur) est une sorte de plafond de verre, une limite invisible et très tangible qui cloisonne l’espace. La circulation est possible dans un sens, mais pas dans l’autre. Chaque personne ne peut qu’appartenir à un lieu unique, qu’on lui désigne dès le départ, et auquel il n’échappe jamais. C’est une réflexion particulièrement critique dans un pays, où l’apartheid continue de peser. Thina Dube est un artiste très sensible à cette dimension politique. L’objet, tout comme la langue (anglais et afrikaner), sont des marqueurs du pouvoir. La façon de s’habiller, sur l’image, dans l’album personnel, figure cette pression permanente que la mémoire conserve et dont elle peine parfois à guérir.

Il est intéressant de remarquer que le plasticien sud-africain travaille également dans des ateliers thérapeutiques, avec des enfants notamment, qui n’ont pas connu ces périodes, mais vivent dans des turbulences assez similaires, liées à l’exclusion, la pauvreté, la disqualification. Comment trouver dans le passé les remèdes au présent, si ce n’est par une conscience aigüe de ce passé ? La peinture participe alors à cette sensibilisation. Des photos, des objets démasqués, qui sont des vecteurs de domination et entretiennent toujours le malaise, le mal-être, la souffrance induite. De s’en libérer, de retrouver sa langue, ses gestes, ses habits participe à une possible guérison. Encore faut-il le pouvoir… Le « Quatrième mur » l’autorise-t-il ? Le travail De Thina Dube participe à cette recouvrance.

Roger Calmé (ZO mag’)
Photos: by courtesy Guns and Rain gallery, Johannesburg.

,

Repères
Née en 1993, Thina est diplômé de l’Université de Johannesburg, titulaire d’un diplôme de troisième cycle en éducation et enseigne à la National School of the Arts. Thina est également un art-thérapeute qui a travaillé notamment avec les enfants.

Expositions (sélection)
2022: Investec Cape Town Art Fair, Exposition de groupe, Le Cap (Afrique du sud)
2022: Papier, exposition de groupe, Berman Contemporary, Johannesburg (Afrique du sud)
2020: ARCO Lisboa, online (Portugal).
     (Re)construction de The Shadow, avec Tawanda Takura, Guns & Rain, Johannesburg (Afrique du sud).
2019: Guns & Rain, Latitudes Art Fair, Johannesburg
2018: Guns & Rain, AKAA, Paris.
     Talking to Deaf Ears, Exposition de groupe, ABSA Gallery, Johannesburg.
     Exposition personnelle, Guns & Rain, Johannesburg
     Résidence, First Floor Gallery, Harare (Zimbabwe)
     The Last Harvest, exposition personnelle, Stellenbosch Museum, Le Cap  (Af sud).
     Exposition de groupe, Toto, Johannesburg.
     Exposition de groupe, Eclectica Contemporary, Le Cap
2017: White Noise, Exposition de groupe, Joburg.
     Salon, Exposition de groupe, AVA Gallery, Le Cap.
2016: Reconnect, Exposition de groupe, Galerie Eyethu, Soweto (Afrique du sud).
     Guns & Rain, Turbine Art Fair, Johannesburg.
2015: Guns & Rain, Turbine Art Fair, Johannesburg.
     Exposition de groupe, en collaboration avec Ka’plan, Constitution Hill, Johannesburg.
2014: 3ème année d’exposition de groupe, FADA Gallery, Université de Johannesburg.

Un commentaire sur “Afrique du sud / peinture / Thina Dube / MURAILLES DE VERRE, ACCES IMPOSSIBLES

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :