Tanzanie-Suède / Peintures / Everlyn Nicodemus / AUCUN OUBLI N’EST POSSIBLE

Dans le travail qu’elle mène sur les traumatismes subis par la femme, Everlyn Nicodemus s’est toujours attachée à dire qu’ils ne sont pas l’exclusive des pays africains, mais qu’ils revêtent un aspect plus aigu chez les communautés minoritaires. Dans la négation d’une société, les femmes sont les victimes les plus exposées. C’est cette réalité qu’elle a personnellement vécue au-travers des ses voyages, débutés en 1973 par l’Europe. Rendre ces traumatismes visibles, les inscrire dans une forme, l’ont ainsi menée en 1991-1992 à la réalisation d’une série de 84 autoportraits qui documentent sur elle-même les traumatismes endurés. Dix ans plus tard, la réalisation d’un rouleau de 16 m sur les génocides de l’histoire (*) poursuit cette enquête. Aucun oubli n’est possible, aucune blessure ne se referme si elle ne s’inscrit pas dans une solution personnelle. En 2012, ce travail de quatre décennies lui permet d’obtenir un doctorat à l’université d’Edimbourg (GB).

En posant une lumière permanente et empathique, Everlyn Nicodemus inscrit l’art dans un process de guérison possible.

La galerie Richard Saltoun présente donc une exposition majeure. Elle va permettre de redécouvrir les pièces issues de « The Weeding », longtemps invisibles. De cette façon, il est possible de mesurer le cheminement personnel de l’artiste dans la recherche plastique, autant que dans la résolution de ses propres traumas. Les longues années de déplacement l’ont personnellement exposée. Au point d’avoir développé ce que l’on appelle en psychologie un SSPT (syndrome de stress post-traumatique). De cette manière, elle a pu trouver, quel que soit le médium, un début de guérison. « The Weeding » participait à cette recouvrance de LIBERTE.

Ces questions universelles du racisme, des traumatismes culturels, de la souffrance humaine et de la marginalisation des femmes conduisent une œuvre essentielle. En posant une lumière permanente et empathique, Everlyn Nicodemus inscrit l’art dans un process de guérison possible. Témoignages, projection, parole rendue : les mots et la couleur s’articulent. Ils participent de la thérapie. Lumière et amour dit-elle, en y mettant de grandes majuscules.

(*) Reference Scroll on Genocide, Massacres and Ethnic Cleansing.

Everlyn Nicodemus, du 12 avril au 28 mai 2022, galerie Richard Saltoun, Londres (GB).
RC (ZO mag’)
Photos DR, Everlyn Nicodemus and by courtesy Richard Saltoun gallery (Londres).

« Ma série Silent Strength parle de LIBERTÉ. Et où mieux récupérer les libertés qu’avec son propre corps ? Gratuit et sans restriction. Utiliser mon corps et mes courbes comme point de départ m’a offert un nouveau départ. Existe-t-il dans le règne animal une beauté galbée et incurvée plus belle que le corps d’une femme ? (…) Il y a une force silencieuse parmi nous qui est nécessaire pour braver les luttes auxquelles les femmes contemporaines sont confrontées, en particulier les femmes des communautés minoritaires qui ont été écrites hors de l’histoire de tant de façons.  » Everlyn Nicodemus, à propos de Silent Strengh.

,

Repères:
Everlyn Nicodemus est née en 1954, au Kilimandjaro (Tanzanie). Elle déménage en Europe en 1973, où elle étudie l’anthropologie sociale (Université de Stockholm, Suède). Artiste, écrivain et poète, ses œuvres et ses écrits ont été montrés et publiés dans le monde entier.
« African Modern Art and Black Cultural Trauma », son texte présenté à l’Université de Middlesex (2012), lui a valu un doctorat.

Elle vit et travaille actuellement à Edimbourg.

Sélection d’expositions individuelles
2007: Bystander on Probation, The Brewery Arts Centre, Kendal, (GB).
2006: Trauma and Art – The Hidden Scars, 198 Gallery, London (GB).
2004: Crossing the Void, Strombeek Cultural Centre, Bruxelles (Belgique).
2000: Everlyn Nicodemus, Galerie Even-aarde, Gand (Belgique).
1997: Displacements, Sala de Exposiciones, Université of Alicante, (Espagne).
1996: Everlyn Nicodemus, Carte Blanche Gallery, Hasselt (Belgique).
1992: Vessels of Silence, Benedengalerij Cultureel Centrum, Courtrai (Belgique).
1986: Woman in the World III, Sisirmanch, Calcutta (Inde).      
     Woman in the World, 2nd International Feminist Book Fair, Aker Brygge, Oslo (Norvège).
1985: Woman in the World II, National Museum, Dar es Salaam (Tanzanie).
1984: Woman in the World I, Skive Museum, Skive (Danemark).
1983: Everlyn Nicodemus, Kulturhuset, Stockholm (Suède).
           Everlyn Nicodemus, Africa Centre, Stockholm.
           Everlyn Nicodemus, Swedish Broadcasting Centre, Stockholm.
1980: Everlyn Nicodemus, National Museum, Dar es Salaam.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Site Web créé avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :