Sculpture et installations
2 commentaires

Bénin / Sculpture / Marcel Kpoho, une sculpture… CE VENTRE OU NOUS IRONS

La photographie qu’il a prise, cet autoportrait dans l’intimité de la sculpture, renseigne sur le sentiment éprouvé au moment de la concevoir. C’est une admiration totale qu’il lui voue. Marcel Kpoho lève ses yeux et ses mains vers elle. D’une bonne tête, elle le domine, noire et carbonique, faite d’un matériau immémorial. On pense à ces totems qui veillent en haut des falaises, à l’entrée des temples, debout face à l’éternité. La temporalité n’a aucune prise sur eux.

il reviendra toujours à elle. Simplement parce qu’elle tient la vérité première, le mystère de la création,

Interrogez-le sur le sujet, l’artiste garde une absolue discrétion. Rien n’est dit quant au besoin qu’il éprouve de cette présence, à ce moment de sa vie. Mais son adoration suffit. Il n’existe aucune autre figure vers laquelle un homme adulte se tourne avec une pareille innocence. Qu’il soit sculpteur ou assassin, qu’il enseigne le grec ancien ou s’adonne au cyclisme, peu importe : il reviendra toujours à elle. Simplement parce qu’elle tient la vérité première, le mystère de la création, l’origine du monde en somme, dans cette matrice universelle et singulière, qui est terre et mère.

Marcel Kpoho l’a donc faite de cette manière, dans une masse compacte, corps fétiche, masque pourvu d’yeux intérieurs. Il ne cherche aucune ressemblance avec l’humain. Sa présence est d’un ordre supérieur, d’un langage venu de plus loin que les mots, d’une couleur qui est celle de la très grande profondeur. Femme, Mère, Terre, Ventre nourricier : de cette matrice qui nous fait et de cette caverne vers laquelle on retourne. « Protège-moi, » laisse-t-il échapper dans le sanglot de l’enfant.

,

« Origine de vie », assemblage de lanières de pneu, 215 x 80 x 90 cm, 2021.
Présenté au concours national de Glo-Djibé (Bénin)

RC (ZO mag’)
Photos: Marcel Kpoho
Contact: 00 229 975 20 104

2 commentaires

  1. Sa sculpture est aussi quand je la vois un écho des totem-tambours mélanésiens, nous sommes tous et toutes reliés, merci pour la découverte du travail créatif de Marcel Khopo, très bonne journée

Laisser un commentaire