Formations et résidences, Photographie et numérique
Laisser un commentaire

Kenya / Photographie / Polly Irungu
LE SOLEIL SE LEVE AU SUD

Plusieurs fois dans ses années de formation, Polly Irungu s’est fait cette réflexion que la solitude était la pire ennemie d’une photographe noire américaine. Cette réflexion lui revenait sans cesse « de ne pas avoir près d'(elle)d’autres photographes noirs, plus précisément des femmes noires photographes et des photojournalistes vers lesquels je pourrais me tourner« .

La jeune femme d’origine kényane, diplômée de journalisme de l’université de l’Oregon, est aujourd’hui basée dans l’Oklahoma. Mais elle est surtout la fondatrice de Black Women Photographers. Cette plateforme, créée en juillet 2020, met à disposition des femmes de la communauté différents outils de perfectionnement et la possibilité de rencontres. Depuis son ouverture, plus de 600 s’y sont abonnées. Le fait que ce domaine soit largement « contrôlé par des hommes de couleur blanche » n’est pas une fatalité. Il faut prendre les choses différemment. Et la dynamique communautaire en est une.

La crise sanitaire en a donné une bonne illustration. Le fonds pour venir en aide aux photographes a permis de lever 14000 dollars, mais surtout cette action a attiré une attention générale sur cette question de la justice liée à l’appartenance. Des grande firmes comme Adobe l’ont immédiatement soutenue. D’autres conversations sont en cours avec Instagram et Facebook.

Aujourd’hui, @BlkWomenPhoto regroupe aussi bien des membres venus du Kenya, de l’Afrique du sud que d’Australie ou du Japon. Plusieurs grands noms de la photo ( Kennedi Carter (Vogue), JD Barnes (Essence)) contribuent sur le site. Polly Irungu en est persuadée. L’industrie de l’image a tout à gagner dans cette nouvelle venue des talents afro-américains. « Il y a de la place pour tout le monde », sourit-elle. Son usage photographique du tournesol va d’ailleurs dans ce sens.

,

https://www.pollyirungu.com/
RC (ZO mag’)
Photos DR

Laisser un commentaire