Non classé
Laisser un commentaire

Congo / Photographie / Robert Nzaou /LE SOLEIL EST UN BALLON JAUNE

Les peintres ont toujours regardé d’un drôle d’oeil les photographes. Et inversément, les manipulateurs de boîtiers cherché à abolir la distance. L’une et l’autre ne sont-elles pas cousines? Après tout, il s’agit seulement d’une image et d’un regard qui l’accroche sur une surface. On pourrait en rester là!

Sans doute que Robert Nzaou en a décidé ainsi. Il y a quelques années déjà, il s’est pris les pieds au ciel, les lendemains d’orages, dans les rues trempées de Brazzaville. La photographie ouvre aussi de semblables libertés. Ses reflets mouillés ont fait le tour du monde et l’ont convaincu de pousser plus loin la réalité.

Narration mélancolique dans une cour de Brazzaville. Enfance au ballon d’or.

« La peinture c’est ce que j’aime le plus, les artistes peintres m’inspirent. J’ai toujours voulu que mon travail se rapproche/ressemble à la peinture, » dit-il. Puis il évoque les tableaux narratifs de Kerry James Marshall. Raconter une histoire. Et c’est exactement ce que propose cette série, qui s’appelle Leki et se passe dans la cour de sa maison.

De la même façon qu’un tableau, à mi-clarté, à contre-jour, l’envers de l’heure, l’instant du rêve.

En langue congo, le mot signifie  » petit frère, petite sœur, neveu, nièce… » et il fait le même bruit qu’un ballon qui rebondit contre les murs, le soir après l’école. Son objectif capte cet instant du jeu, des dialogues, des crâneries et des acrobaties. Il les saisit au vol et les habille ensuite dans des pluies d’ombres et de fleurs. De la même façon qu’un tableau, à mi-clarté, à contre-jour, l’envers de l’heure, l’instant du rêve.

« Golden Head » est l’une de ces images. Dans la cour de la maison, l’enfant tient son ballon. Bien sûr ce ballon est en or et brille comme un soleil. Il est le Tout-Puissant qui fait tourner les rêves. Ce n’est pas une manipulation d’image. Il n’y a aucun détournement de la réalité, mais plutôt une relecture, poétique et nécessaire. C’est un tableau comme les films japonais en proposent, où la neige est une pluie de pétales. Un instant urbain que l’œil revisite sans se soucier de la frontière. Le rêve, la réalité, le tube de peinture, le temps argentique.

,

Golden head (Léki),imprimé sur Hahnemühle Fine Art Paper.
Taille : 40cm x 60cm, 60cm x 90cm (2019).

Roger Calmé (ZO mag’)
Photos : © 2021. Robert Nzaou Photographie
https://www.robertnzaou.com/

Repères:
Dernières expositions collectives

2021: « Les Afriques Autrement », Galerie Art-Z, Paris, Paris (France)
2019: « L’Afrique vue par elle même », Rencontres d’Arles , Galerie La Grande Vitrine, Arles (France)
           « L’envers du décor », Galerie Art-Z, Paris.
2018: Lumix Festival for Young photojournalism, Hanovre (Allemagne).
           Photoville, New York (États-Unis)
           Nuku Photo Festival (Ghana)

Expositions personnelles
2020: Chasse aux flaques d’eau et Madia ya Bwala, « J’Expose Chez Moi », Pointe Noire (Congo).
2019: Moi et Mme Lily, Institut Français du Congo, Pointe Noire.
2018: Madia ya Bwala, Exposition dans les rues, Matombi Productions, Pointe Noire.
2016: Obsession, Alliance Française du Cap, Le Cap (Afrique du Sud ).
2015: Cravate, Fondation Basango, Pointe Noire.

2017: 3e Prix , « Objetivo Africa », Espagne

Laisser un commentaire