Togo / Sculpture/ Léopold Ankudé Laka / ECRIT DANS LE CIEL, ENTRE LES PYLÔNES…

Nous sommes devenus des spécialistes de la rencontre internationale. Tous les motifs sont bons pour se mettre autour d’une table. L’économie, la sécurité, la circulation des cachalots, l’apparition de nouveaux virus en fer forgé: tout est prétexte à palabre. Des gens très au courant, parfaitement désintéressés, des politiciens honnêtes, des capitaines d’industrie qui ne songent qu’au bien commun, s’assoient et boivent des boissons non alcoolisées, pendant que les traducteurs s’échinent avec les propos d’un spécialiste nord-coréen.

En l’état actuel de nos connaissances, et au vu de cet immense désastre, le port de la ceinture sera désormais prohibé.

Ces derniers mois, Léopold Ankude Laka revient à la sculpture et s’intéresse donc à cette parodie hautement médiatique. Au départ de son travail, il se pose une question sur le devenir de notre planète, avec laquelle l’humain joue à grands coups de masse. Son installation, présentée au Festilarts 2021 associe en fait deux séries. La sphère utilisée est l’une des « Mappemondes » sur lesquelles il travaille actuellement. « 𝘌𝘭𝘭𝘦 𝘴𝘺𝘮𝘣𝘰𝘭𝘪𝘴𝘦 𝘭𝘢 𝘛𝘦𝘳𝘳𝘦, 𝘭𝘦 𝘔𝘰𝘯𝘥𝘦, 𝘲𝘶𝘪 𝘴𝘦 𝘧𝘰𝘳𝘮𝘦, 𝘴𝘦 𝘥𝘦́𝘧𝘰𝘳𝘮𝘦, 𝘴𝘦 𝘳𝘦𝘯𝘰𝘶𝘷𝘦𝘭𝘭𝘦 𝘴𝘢𝘯𝘴 𝘤𝘦𝘴𝘴𝘦, 𝘦𝘯 𝘧𝘰𝘯𝘤𝘵𝘪𝘰𝘯 𝘥𝘦 𝘯𝘰𝘴 𝘱𝘳𝘰𝘫𝘦𝘤𝘵𝘪𝘰𝘯𝘴, 𝘯𝘰𝘴 𝘢𝘭𝘵𝘦́𝘳𝘢𝘵𝘪𝘰𝘯𝘴, explique-t-il. « 𝘊𝘦𝘵𝘵𝘦 𝘴𝘱𝘩𝘦̀𝘳𝘦 𝘥𝘦𝘷𝘪𝘦𝘯𝘵 𝘭𝘦 𝘳𝘦́𝘤𝘦𝘱𝘵𝘢𝘤𝘭𝘦 𝘥𝘦 𝘵𝘰𝘶𝘴 𝘯𝘰𝘴 𝘦𝘴𝘱𝘰𝘪𝘳𝘴, 𝘥𝘦 𝘵𝘰𝘶𝘵𝘦𝘴 𝘯𝘰𝘴 𝘢𝘮𝘣𝘪𝘵𝘪𝘰𝘯𝘴, 𝘮𝘢𝘪𝘴 𝘢𝘶𝘴𝘴𝘪 𝘭𝘢 𝘮𝘢𝘯𝘪𝘧𝘦𝘴𝘵𝘢𝘵𝘪𝘰𝘯 𝘥𝘦 𝘵𝘰𝘶𝘴 𝘯𝘰𝘴 𝘦́𝘤𝘩𝘦𝘤𝘴. » Effectivement, cette planète récupérée d’extrême justesse est dans un sale état, et on se demande si elle peut encore s’embarquer pour un dernier tour de manège.

En fait, l’artiste est en train d’écrire une histoire. Sa sculpture choisit un mode narratif. Il peut ajouter des personnages, en retrancher, les positionner dans des dialogues renouvelés. « 𝘓𝘢 𝘵𝘦𝘳𝘳𝘦 𝘥𝘦𝘷𝘪𝘦𝘯𝘵 𝘭𝘦 𝘤𝘦𝘯𝘵𝘳𝘦 𝘴𝘰𝘭𝘢𝘪𝘳𝘦 𝘥𝘦 𝘯𝘰𝘴 𝘷𝘪𝘦𝘴 𝘤𝘰𝘭𝘭𝘦𝘤𝘵𝘪𝘷𝘦 𝘦𝘵 𝘪𝘯𝘥𝘪𝘷𝘪𝘥𝘶𝘦𝘭𝘭𝘦 ! 𝘖𝘯 𝘱𝘦𝘶𝘵 𝘪𝘮𝘢𝘨𝘪𝘯𝘦𝘳 𝘲𝘶’𝘪𝘭𝘴 𝘷𝘰𝘯𝘵 𝘱𝘢𝘳𝘭𝘦𝘳 𝘦𝘵 𝘱𝘶𝘪𝘴 𝘥𝘢𝘯𝘴𝘦𝘳, 𝘦𝘵 𝘲𝘶𝘦 𝘤𝘦 𝘮𝘰𝘶𝘷𝘦𝘮𝘦𝘯𝘵 𝘯𝘦 𝘷𝘢 𝘱𝘢𝘴 𝘴’𝘢𝘳𝘳𝘦̂𝘵𝘦𝘳… »A ce moment de sa narration, Ankudé Laka imagine le meilleur. Ses personnages témoignent d’une évidente bonne humeur et portent même de jolis costumes. Il s’agit de dignitaires frigorifiques, électriques et ventilés, et ils rient à gorge déployée.

Par exemple, ce jour d’août 202(-), ils semblent se pencher sur un berceau. Possible qu’il s’agisse d’une naissance. Une nativité post-atomique, dans une étable stellaire. La venue d’un nouveau monde.

,

Série « Mappemondes », récupération, 2021.
RC (ZO mag’)
Photos: J-P Tossah , by courtesy Festilart 2021.
Contact: https://www.facebook.com/leopold.ankude

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :