Artistes, Expositions et évènements
Laisser un commentaire

Nigeria / Peinture / Busayo Lawal / PROTOTYPES… ET QUI LE RESTERONT !

Dans un proche avenir, l’humain est une création composite, d’origine multiple et dans laquelle l’informatique d’évolution gamma tient un rôle central. Les émotions, le sentiment d’amour, la volonté de puissance répondent à des normes définies par la Charte. L’Humain peut être de couleurs différentes, marron clair, violet virgulé, safran et selon les options, il est capable de chanter la Traviata ou les poèmes de Jimmy H. Il faut se faire à cette idée et dans une certaine mesure remercier Busayo Lawal qui nous livre ici quelques prototypes de ce genre nouveau.


Dans son exposition à la galerie Ko (Lagos), le peintre nigérian a sensiblement évolué par rapport à ses premières livraisons. De plus en plus, le tableau pourrait être la représentation d’un circuit intégré, saisi par la folie obsessionnelle. Ses portraits sont des métamorphoses en cours, qui portent des cheveux synthétiques et des coeurs vermicelles.


En cela, on peut associer son travail à celui de Lateef Olamajuke, où le grouillement (dénonciation politique) est récurrent. Les oeuvres de Busayo semblent prendre un chemin parallèle, mais en jouant aussi des codes plasticiens traditionnels. A commencer par ses fonds unis, ou de ses écritures répétitives, scarification de l’âme, habillées de couleurs claquantes comme des drapeaux.


Busayo Lawal place donc l’humain dans une perspective du temps, qui engage à la fois ses responsabilités et ses droits. Cet humain mutant est la pire chose qui puisse nous arriver. Son propos recoupe encore celui de Olamajuke qui s’habille de plastique découpé, corp nu en partie recouvert de synthétique. A cela, nous pouvons échapper. « Ce qui fait l’homme, c’est l’histoire. Ce qui fait l’histoire, c’est l’homme », dit l’artiste, sans trop insister. On peut supposer que sous cette formule, l’intention est bigrement plus subtile. Aux hommes qui regardent et qui écoutent, c’est notre temps dont on nous prive. C’est notre vie, qu’ils recopient.

,

,

Life in Asymmetry, Busayo Lawal, du 7 au 26 août, galerie Ko (Lagos)
RC (ZO mag’)
Photos: DR et by courtesy Ko gallerie
https://ko-artspace.com/exhibitions/22-busayo-lawal-life-in-asymmetry/

Laisser un commentaire