USA / Peinture / Forrest Kirk, « A Villain’s Origin Story » LE TEMPS PAISIBLE N’EXISTE PAS

Il y a quelques mois, dans une galerie de Los Angeles, Forrest Kirk brandit le poing. « Tout le monde a besoin de ce symbole maintenant », disait-il, en situant aussi cet instant dans une conversation de dix ans. Régulièrement, le peintre revient à évoquer la violence, l’espoir, la satisfaction légitime et la violence policière, la pauvreté de tous, et encore cette violence, le genou sur la gorge d’un homme. « Même un portrait basique doit encore porter sur quelque chose », dit-il. « L’espoir, la douleur, le succès, l’échec, la gamme de la vie, sont des sujets quotidiens, visibles à tout instant. » Dans cette confrontation, multicolore et chaotique, Forrest Kirk peint donc neuf poings tendus. Neuf poings colorés qui disent la complexité des situations, dans cette ville assiégée qui est le coeur de l’artiste.

Hannibal Brown, jeune noir confronté à la réalité de son temps, le manque de travail et la récession économique. 

Cet été, « A Villain’s Origin Story », emprunte un autre chemin. On pourrait dire que c’est une histoire fondatrice. Kirk figure depuis longtemps son anxiété urbaine, liée à l’extrême précarité et aux songes, neuroleptiques puissants, que la consommation propose. Cette fois, il choisit de remonter à la fin du 19ème siècle, dans cette bourgade paisible du Colorado, Aspen, où Marianne Boesky expose d’ailleurs ces tableaux. Entre 1893 et 1940, il concentre ensuite son attention sur un personnage, Hannibal Brown, jeune noir confronté à la réalité de son temps, le manque de travail et la récession économique. 

Un livre lui a permis de situer de manière réaliste le cadre de vie, dans une période socialement difficile. En sept peintures, il va relater cette existence. Le recours à la littérature, de la même façon que la toile associe différentes couches d’histoire, lui fournit différents matériaux. De la même façon, il avait précédemment travaillé sur « Invisible man », le roman de Ralph Ellison (1952)  et qui traitait finalement d’un thème très actuel, celui de la non-reconnaissance. 

Depuis plusieurs années, le peintre californien emploie donc en simultané plusieurs médiums. L’acrylique et l’huile d’une part et une colle (Gorilla) lui permettent de poser par couches et dessins successifs les situations. Ce procédé tient ici d’une parfaite pertinence, à l’image du portrait de Brown enfant (Blue Bird), simples traits de colle sans mélange aux autres couleurs, dans une innocence préservée. Au fil du temps, les interactions avec l’environnement deviennent plus fortes. La glu se mêle à la peinture, le conflit prend un volume et une chromie violente, jusqu’au tableau terminal, « Dreaming of revenge », l’image d’un homme brisé, le regard porté vers une extrémité. 

Les époques sont souvent similaires, porteuses des mêmes germes et des mêmes solitudes.

Dans de nombreuses toiles, les personnages de Forrest Kirk regardent à l’extérieur du cadre. Parfois ils tiennent une arme. Parfois ils scrutent un horizon non visible. Rares sont les commentaires de l’auteur sur le contenu de son travail. Forrest se contente d’évoquer, des travaux « réalistes, abstraits ou figuratifs, souvent conceptuels. Ils envoient un message d’humanité. »

L’exposition d’Aspen ne parle que de ça. D’une humanité en quête de reconnaissance. Les toiles de Kirk n’exaltent aucune violence, elles ne font que constater. Et dans ce cas précis, de ce simple fait, que les époques sont souvent similaires, porteuses des mêmes germes et des mêmes solitudes.

A Villain’s Origin Story, du 29 juillet au 12 septembre 2021. Marianne Boesky Gallery / Aspen, CO  (USA)
Roger Calmé (ZO mag’)
Photos DR et by courtesy Marianne Boesky Gallery



,

DR: Claudia Fuentes

Repères:
Forrest Kirk (né en 1975) vit et travaille à Los Angeles (USA). Il a fait ses études d’art à l’Université d’État de Californie (Los Angeles), puis a suivi des cours de peinture classique, en France.

Dernières expositions individuelles (sélection)
2021: In Situ. Marianne Boesky, New York, NY.
Blind Tiger, Gavlak Gallery, Palm Beach, FL.
A Villain’s Origin Story, . Marianne Boesky Gallery , Aspen, CO.
2020: Montrez-moi les signes. Blum &Poe, Los Angeles, Californie.
Artistes pour New York. Hauser &Wirth, New York, NY.
9 Poings. 9 juillet – 7 août 2020
2019: Résidence d’art Bed-Stuy, Brooklyn, NY.
2018: Body Count, Chimento Contemporary, Los Angeles, Californie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Site Web créé avec WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :