Nigeria / Peinture / Wole Lagunju, un tableau… QUE LE TEMPS NE SAURAIT EFFACER

Wole Lagunju aurait pu être styliste. Et ce n’est pas seulement son affection pour les tissus et l’élégance, qui le laisse entendre. Le peintre nigérian est à l’image de ces créateurs qui suggèrent dans leurs collections des métissages d’époques. Est-on dans un temps ancien, est-il d’origine occidentale ou africaine? A-t-il une parenté en Hollande ou un roi yoruba serait-il son cousin? Hypothèses de peinture bien sûr, et de culture aussi. Les époques ne se terminent pas brusquement, elles nourrissent des goûts et des conséquences. Parfois se regardent-elles, les unes, les autres, dans un concours de circonstances.

A-t-il une parenté en Hollande ou un roi yoruba serait-il son cousin?

Il y a quelques semaines, Wole Lagunju présente quelques-uns de ces tableaux troublants. Dans la manière de peindre, il vient à l’esprit ces oeuvres du 17ème, où une riche et jeune épouse, pose dans un atelier pour un mariage prochain. Ses yeux sont tournés vers le peintre, de façon mutine. Elle esquisse un très léger sourire. Mais le peintre va beaucoup plus loin. 

« L‘oiseau qui symbolise le pouvoir des femmes dans la culture yoruba et leur autorité auprès des rois » Wole Lagunju

« Dans la série, je fusionne des portraits de femmes noires aux couronnes surmontées avec des motifs traditionnels et des objets d’art pour célébrer le genre, le pouvoir et l’expérience esthétique. J’avais dans l’intention de montrer la nature sacrée des femmes et souligner leur importance divine et sociale dans la culture mondiale en général.« , explique-t-il. Car c’est toujours de cette rencontre qu’il est question. La beauté n’est pas le seul motif de la rencontre. Elle est aussi un moyen puissant de reconsidérer le rôle et de le remettre en harmonie avec ce que l’histoire pouvait anciennement proposé. Le tableau qui s’appelle « Profil avec des oiseaux de la couronne » est à ce niveau une leçon d’histoire.

Onyx noir, 2021, huile sur toile, 170 x 145 cm

« Les couronnes dans la culture yoruba sont portées par les hommes et elles représentent l’autorité et le pouvoir. Dans cette série, je me suis attardé au motif de l’oiseau qui symbolise le pouvoir des femmes dans la culture yoruba et leur autorité essentielle dans le pouvoir des rois yoruba. Le motif de l’oiseau est également emblématique de la force vitale, » poursuit-il. Et de la même façon, en référence permanente à l’usage ancien, il joue des voiles, des rideaux de perles, il masque, il dérobe et préserve ainsi l’invisibilité, gage de sécurité. 

Quand il en saisit le fonctionnement, devant ce tableau qui pourrait être seulement le portrait d’une princesse devient, à l’image des figurations classiques occidentales, une représentation très subtile du pouvoir. C’est un après-midi, dans l’atelier du peintre. La fille d’un riche marchand prend la pose. Elle s’ennuie un peu. La lumière est pâle et donne à ses poses la grâce d’une fleur séchée. Nous sommes à Lagos… ou bien à Rotterdam. C’est une jeune femme que le temps ne peut effacer.

« Profil avec des oiseaux de la couronne », 66.5 x 57.5 inches, huile sur toile, 2021.
Roger Calmé (ZO mag’)
Photo: W. Lagunju
Actuellement exposé à la galerie Galerie Chauvy. Encres sur papier, jusqu’au 30 juin.http://www.galeriefrance.com/wole-lagunju/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :