Peinture
Laisser un commentaire

Namibie / Plasticienne / Elisia Nghidishange / DES FEMMES, ENSEMBLE, PARLENT…

Une bouche fermée, une bouche ouverte. Une bouche qui se tait et une autre qui dit, ou qui crie, dénonce, affirme, qui démontre, libre ou dans la volonté de l’être. Une bouche, puis une dizaine d’autres, cent, pour ainsi dire une communauté. Forcément, ça fait du bruit. Les silhouettes d’Elisia Nghidishange forment ainsi des groupes féminins. Pour la sculpteure namibienne, cette assemblée porte un message indispensable. Les femmes ne sont pas des formes vivantes silencieuses. La bouche tient donc une place importante dans son  travail, parce qu’elle affirme la présence et éteint le silence.

« Vous devez sentir cette communauté, être dans cette communauté et ensuite trouver votre position » Elisia Nghidishange

En 2017 déjà, un an après l’obtention de son diplôme au Collège des Arts de Windhoek, la jeune femme revendique cette nécessité de l’intrusion. Militante ? Oui, de façon visuelle et philosophique, profondément attachée à dénoncer ce que la société traditionnelle (ou non), impose de contraintes, de résilience silencieuse, d’acceptation bornée. L’une de ses premières  expos s’intitulait « je viens de femmes » et cette même année 2017, elle expose aussi à la galerie StArt des pièces autour de ce thème de la présence. Ça s’appelle « Being here » (être ici) et ça ne souffre d’aucune ambiguïté.

Les oeuvres rassemblées aujourd’hui par cette même galerie StArt appartiennent à un ensemble présenté en juillet 2020, à la National Art Gallery of Namibia. « Insight of Intrusive Women » parle évidemment de cette posture active, résolue, qui se partage et se communique. « J’ai essayé de créer une communauté. Lorsque vous regardez l’exposition, vous devez sentir cette communauté, être dans cette communauté et ensuite trouver votre position ». Des masques synthétiques, réduits à des grésillements minimums qui associent le métal et le raphia de couleur, voisinent des figures totémiques, aux lèvres peintes, très grandes de taille, des sœurs aînées qui te disent…   




Elisia Nghidishange est avec la galerie StArt à « African Galleries Now » on-line art fair du 9 au 30 juin.
Roger Calmé (ZO mag’)
Photos: Elisia Nghidishange et remerciement à la galerie StArt
https://www.startartgallery.com/elisianghidishange

Repères:
Elisia Nghidishange est née à Eenhana dans le nord de la Namibie 
Diplômée du Collège des Arts de Windhoek (2016) 

Expositions individuelles:
2019: « Le changement de …. »,  Eendume Movakwahepo Shendjeni, Kunst(zeughaus) Rapperswil, Suisse.
2017: « Le coût de la richesse », Goethe Institut, Windhoek.

Collectives:
2019: We Me, National Art Gallery of Namibia, Windhoek, Namibie.
            Tradition transformatrice moderne, Galerie Omba, Windhoek.
            Insights of intrusive woman National Art Gallery of Namibia, Windhoek.
2018: La forme de la vie, Windhoek.
          New Beginnings, National Art Gallery of Namibia, Windhoek.
2017: Roots and Wings, The Project Room, Windhoek.
          Being Here, Start Art Gallery, Windhoek.
2017: Je viens de femmes, John Muafangejo Art Centre, Windhoek.
2017: I Create Namibia, John Muafangejo Art Centre, Windhoek.
2016: Art Inside, National Art Gallery of Namibia, Windhoek

Résidences et ateliers
Fondation Futur 2019, Rapperswil, Suisse.
2019: coordinatrice, Foundation Futur (Rapperswil) à l’Université de Namibie, Windhoek.
2016: coordinatrice céramique, John Muafangejo Art Centre, Windhoek.
          coordinatrice gravure, Windhoek.

Cette entrée a été publiée dans : Peinture

Laisser un commentaire