Expositions et évènements
2 commentaires

Soudan / exposition / Hussein Salim / ET LA CLARTE QUI REVIENT…

Un jour, nous arrivons à l’entrée de ce grand jardin. Des hommes l’ont décrit comme rempli de délices, de fruits splendides et d’oiseaux. Mais ils manquaient d’imagination. Ce lieu échappe aux lois, aux désirs et à la pureté supposée. La peinture d’Hussein Salim cherche donc à comprendre ce que notre pensée va devenir, dans cette dissolution d’elle-même et de la matière qui l’a portée. Un jour, tout s’achève et la clarté cache dans ses replis une forme de réponse.

S’il est impossible de trouver une réponse, le peintre esquisse des passerelles apaisantes. Ses toiles figurent la lisière. Elles échappent à l’effroi, elles vont et absorbent le regard comme des éponges de lumière. Le tableau est un vivier, rempli de souvenirs, de silhouettes, de passages ininterrompus. Ces éléments vont sans doute disparaître, mais ils laissent sur la rétine la bienfaisante impression qu’une chose est possible. Avant comme après, comme un dialogue entre les lieux, entre ceux qui les habitent, hors la toile et dans l’immensité du cosmos.

Formé à l’université de Khartoum, puis forcé à l’exil suite à l’instabilité au Soudan, Hussein Salim a terminé ses études d’art en Afrique du sud (Université du Kwa-Zulu Natal). Depuis, de nombreuses galeries l’ont exposé, mais il s’est également impliqué dans un travail quotidien près des populations marginalisées, au travers des ONG et de la vente de ses oeuvres. « Les Trois abstractions » (titre d’une précédente exposition), l’amour, le temps et la mort, peuvent obtenir des réponses bienveillantes. Sur cette certitude, repose son langage de peintre.

Garden of Carnal Delight, du 6 mai au 6 juin 2021, Melrose gallery, Cape Town, Afrique du sud.
Roger Calmé (ZO mag’)
Photos: DR et Hussein Salim
www.themelrosegallery.co

2 commentaires

    • C’est un plaisir de lire ce que vous avez écrit. Vous avez lu…
      Des réponses bienveillantes à la mort, et au franchissement la légèreté de la pensée. On est prêts ?

Répondre à kalmos58 Annuler la réponse.