Peinture
2 commentaires

๐—–๐—ฎ๐—บ๐—ฒ๐—ฟ๐—ผ๐˜‚๐—ป / ๐—ฃ๐—น๐—ฎ๐˜€๐˜๐—ถ๐—ฐ๐—ถ๐—ฒ๐—ป / ๐——๐—ถ๐—ฒ๐˜‚๐—ฑ๐—ผ๐—ป๐—ป๐—ฒฬ ๐—™๐—ผ๐—ธ๐—ผ๐˜‚ / ๐—–๐—˜ ๐—ค๐—จ๐—˜ ๐—Ÿ๐—˜ ๐— ๐—”๐—ง๐—œ๐—ก ๐—š๐—Ÿ๐—œ๐—ฆ๐—ฆ๐—˜ ๐—” ๐—ง๐—ข๐—ก ๐—ข๐—ฅ๐—˜๐—œ๐—Ÿ๐—Ÿ๐—˜

Sur la mรชme รฉtagรจre, deux mondes sont posรฉs. L’un est en mรฉtal sombre et l’autre brille de nombreuses couleurs. Au travers du premier, le vent passe. Il grince et fait bouger l’architecture. Le second est une flaque de lumiรจre. L’ล“il est รฉbloui par les reflets de l’or et de l’azur. C’est un peu de cette faรงon que l’ล“uvre de Dieudonnรฉ Fokou fonctionne. ย ยป ๐˜Š๐˜ฆ๐˜ณ๐˜ต๐˜ข๐˜ช๐˜ฏ๐˜ฆ๐˜ด ๐˜ฅ๐˜ฆ ๐˜ฎ๐˜ฆ๐˜ด ล“๐˜ถ๐˜ท๐˜ณ๐˜ฆ๐˜ด ๐˜ณ๐˜ฆฬ๐˜ท๐˜ฆฬ€๐˜ญ๐˜ฆ๐˜ฏ๐˜ต ๐˜ญ๐˜ข ๐˜ด๐˜ฐ๐˜ถ๐˜ง๐˜ง๐˜ณ๐˜ข๐˜ฏ๐˜ค๐˜ฆ ๐˜ฉ๐˜ถ๐˜ฎ๐˜ข๐˜ช๐˜ฏ๐˜ฆ, ๐˜ญโ€™๐˜ช๐˜ฏ๐˜ซ๐˜ถ๐˜ด๐˜ต๐˜ช๐˜ค๐˜ฆ ๐˜ด๐˜ฐ๐˜ค๐˜ช๐˜ข๐˜ญ๐˜ฆ, ๐˜ญ๐˜ข ๐˜ฎ๐˜ฐ๐˜ฏ๐˜ฅ๐˜ช๐˜ข๐˜ญ๐˜ช๐˜ด๐˜ข๐˜ต๐˜ช๐˜ฐ๐˜ฏ ๐˜ฆ๐˜ง๐˜ง๐˜ณ๐˜ฆฬ๐˜ฏ๐˜ฆฬ๐˜ฆ, ๐˜ญ๐˜ฆ ๐˜ค๐˜ฐ๐˜ฏ๐˜ด๐˜ถ๐˜ฎ๐˜ฆฬ๐˜ณ๐˜ช๐˜ด๐˜ฎ๐˜ฆ… ๐˜‹โ€™๐˜ข๐˜ถ๐˜ต๐˜ณ๐˜ฆ๐˜ด ๐˜ณ๐˜ฆ๐˜ด๐˜ฑ๐˜ช๐˜ณ๐˜ฆ๐˜ฏ๐˜ต ๐˜ญ๐˜ข ๐˜ด๐˜ฆฬ๐˜ณ๐˜ฆฬ๐˜ฏ๐˜ช๐˜ต๐˜ฆฬ, ๐˜ฏ๐˜ฐ๐˜ถ๐˜ด ๐˜ฑ๐˜ข๐˜ณ๐˜ญ๐˜ฆ๐˜ฏ๐˜ต ๐˜ฅ๐˜ฆ ๐˜ต๐˜ฆ๐˜ฏ๐˜ฅ๐˜ณ๐˜ฆ๐˜ด๐˜ด๐˜ฆ, ๐˜ฅ๐˜ฆ ๐˜ง๐˜ฆฬ๐˜ฎ๐˜ช๐˜ฏ๐˜ช๐˜ต๐˜ฆฬ, ๐˜ฅ๐˜ฆ ๐˜ฑ๐˜ณ๐˜ฆฬ๐˜ด๐˜ฆ๐˜ฏ๐˜ค๐˜ฆ… ๐˜Œ๐˜ญ๐˜ญ๐˜ฆ๐˜ด ๐˜ด๐˜ฐ๐˜ฏ๐˜ต ๐˜ด๐˜ฐ๐˜ถ๐˜ง๐˜ง๐˜ญ๐˜ฆ๐˜ด ๐˜ฅ๐˜ฆ ๐˜ท๐˜ช๐˜ฆย ยป, รฉcrit-il.

Ces deux visions du monde participent d’une mรชme nรฉcessitรฉ. Dieudonnรฉ Fokou est convaincu que l’art peut engager un dialogue apaisant, entre des rรฉgions apparemment opposรฉes. La faim, la solitude et l’antagonisme ne sont pas des principes de vie. ยซย ๐˜๐˜ญ ๐˜ง๐˜ข๐˜ถ๐˜ต ๐˜ณ๐˜ฆฬ๐˜ต๐˜ข๐˜ฃ๐˜ญ๐˜ช๐˜ณ ๐˜ฅ๐˜ฆ๐˜ด ๐˜ฑ๐˜ฐ๐˜ฏ๐˜ต๐˜ด ๐˜ฆ๐˜ต ๐˜ท๐˜ฐ๐˜ช๐˜ณ ๐˜ฅ’๐˜ข๐˜ถ๐˜ต๐˜ณ๐˜ฆ๐˜ด ๐˜ค๐˜ฐ๐˜ฏ๐˜ด๐˜ต๐˜ณ๐˜ถ๐˜ค๐˜ต๐˜ช๐˜ฐ๐˜ฏ๐˜ด ๐˜ฒ๐˜ถ๐˜ฆ ๐˜ค๐˜ฆ๐˜ญ๐˜ญ๐˜ฆ ๐˜ฅ๐˜ถ ๐˜ฎ๐˜ถ๐˜ณ ๐˜ฆ๐˜ต ๐˜ฅ๐˜ถ ๐˜ค๐˜ญ๐˜ฐ๐˜ช๐˜ด๐˜ฐ๐˜ฏ๐˜ฏ๐˜ฆ๐˜ฎ๐˜ฆ๐˜ฏ๐˜ต.ย ยป Car c’est bien de cela que notre รฉpoque souffre. Qu’il soit sanitaire, idรฉologique, racial, qu’il oppose la femme et l’homme, la dialectique et le sentiment, les oppositions rรจgnent. D’un cรดtรฉ le vrai et de l’autre le faux, ร  moins que ce ne soit le contraire. Le moi et l’รฉmoi, la prรฉdation et l’empathie.

ยซย ๐˜๐˜ญ ๐˜ง๐˜ข๐˜ถ๐˜ต ๐˜ณ๐˜ฆฬ๐˜ต๐˜ข๐˜ฃ๐˜ญ๐˜ช๐˜ณ ๐˜ฅ๐˜ฆ๐˜ด ๐˜ฑ๐˜ฐ๐˜ฏ๐˜ต๐˜ด ๐˜ฆ๐˜ต ๐˜ท๐˜ฐ๐˜ช๐˜ณ ๐˜ฅ’๐˜ข๐˜ถ๐˜ต๐˜ณ๐˜ฆ๐˜ด ๐˜ค๐˜ฐ๐˜ฏ๐˜ด๐˜ต๐˜ณ๐˜ถ๐˜ค๐˜ต๐˜ช๐˜ฐ๐˜ฏ๐˜ด ๐˜ฒ๐˜ถ๐˜ฆ ๐˜ค๐˜ฆ๐˜ญ๐˜ญ๐˜ฆ ๐˜ฅ๐˜ถ ๐˜ฎ๐˜ถ๐˜ณ ๐˜ฆ๐˜ต ๐˜ฅ๐˜ถ ๐˜ค๐˜ญ๐˜ฐ๐˜ช๐˜ด๐˜ฐ๐˜ฏ๐˜ฏ๐˜ฆ๐˜ฎ๐˜ฆ๐˜ฏ๐˜ต.ย ยป Dieudonnรฉ Fokou

Un peu plus loin, un innocent gazouille son dรฉsir du lendemain.

Entamรฉ l’an dernier, ร  l’รฉpoque de la ยซย Grande Fermetureย ยป, cette sรฉrie de collages offre une forme d’issue chromatique. Catherine Giquel qui suit avec une grande attention le sculpteur, parle de ยซย ๐˜ค๐˜ฆ๐˜ด ๐˜ช๐˜ฏ๐˜ค๐˜ณ๐˜ถ๐˜ด๐˜ต๐˜ข๐˜ต๐˜ช๐˜ฐ๐˜ฏ๐˜ด ๐˜ฑ๐˜ญ๐˜ข๐˜ด๐˜ต๐˜ช๐˜ฒ๐˜ถ๐˜ฆ๐˜ด ๐˜ฆ๐˜ต ๐˜ฅ’๐˜ข๐˜ค๐˜ณ๐˜บ๐˜ญ๐˜ช๐˜ฒ๐˜ถ๐˜ฆ, ๐˜ฒ๐˜ถ๐˜ช ๐˜ฐ๐˜ฑ๐˜ฑ๐˜ฐ๐˜ด๐˜ฆ๐˜ฏ๐˜ต ๐˜ฅ’๐˜ข๐˜ถ๐˜ต๐˜ณ๐˜ฆ๐˜ด ๐˜ณ๐˜ฆฬ๐˜ฑ๐˜ฐ๐˜ฏ๐˜ด๐˜ฆ๐˜ด ๐˜ขฬ€ ๐˜ฏ๐˜ฐ๐˜ต๐˜ณ๐˜ฆ ๐˜ด๐˜ถ๐˜ณ๐˜ค๐˜ฐ๐˜ฏ๐˜ด๐˜ฐ๐˜ฎ๐˜ฎ๐˜ข๐˜ต๐˜ช๐˜ฐ๐˜ฏ.ย ยป En d’autres termes, le sculpteur plonge le regard dans cet รฉblouissement rรฉpรฉtรฉ de la couleur et en extrait des scรจnes, presque invisibles. Ici, il s’agit d’une maternitรฉ. Lร , d’un monochrome en voie de concrรฉtisation. Sous le bleu lagunaire, une femme suggรจre une prรฉsence capable de sauver son humanitรฉ. Un peu plus loin, un innocent gazouille son dรฉsir du lendemain.

Nรฉ en 1971 ร  Bamendjou, dans la rรฉgion de lโ€™Ouest du Cameroun, Dieudonnรฉ Fokou est nรฉ au sein d’une famille de peintres et de sculpteurs. L’art est un totem bienveillant. Dans les ateliers de Jean Kouam Tawadje et de Joseph Francis Sumegne, l’artiste a patiemment rassemblรฉ les mots et les formes, assagi ses couleurs, et proposรฉ un langage. Sur son รฉtagรจre, les deux mondes n’en sont qu’un seul. Ce matin de confinement, l’architecture mรฉtallique prend juste une autre clartรฉ.

RC (ZO mag’)
Photos: DR et D. Fokou

Cette entrรฉe a รฉtรฉ publiรฉe dans : Peinture

2 commentaires

  1. Pingback: Zo mag'Magazine d'Art Contemporain Africain๐—–๐—ฎ๐—บ๐—ฒ๐—ฟ๐—ผ๐˜‚๐—ป / ๐—ฃ๐—น๐—ฎ๐˜€๐˜๐—ถ๐—ฐ๐—ถ๐—ฒ๐—ป / ๐——๐—ถ๐—ฒ๐˜‚๐—ฑ๐—ผ๐—ป๐—ป๐—ฒฬ ๐—™๐—ผ๐—ธ๐—ผ๐˜‚ / ๐—–๐—˜ ๐—ค๐—จ๐—˜ ๐—Ÿ๐—˜ ๐— ๐—”๐—ง๐—œ๐—ก ๐—š๐—Ÿ๐

Laisser un commentaire