Articles les plus lus, Peinture
2 commentaires

Ethiopie / Peinture / Julia Mehretu / LE BRUIT QUE FAIT LE MONDE

Une personne, un groupe de personnes, un instant d’histoire, une époque, une civilisation. Un individu et des centaines de millions, qui vont, qui viennent, qui se battent, qui mangent à leur faim, qui n’ont plus rien à se mettre, qui rêvent d’automobile, qui pensent au temps où le fleuve coulait, où la terre était féconde. Des millions de désirs que le temps charrie, que le vent emporte. Et si c’était cette chose que Julia Mehretu, immense peintre éthiopienne, cherchait à figurer.


Au coeur de son abstraction, ce n’est donc pas le désir individuel qu’elle regarde, mais le grand flux humain, le collectif considérable, transmis, organisé selon les lois du temps. Son travail exprime l’interdépendance. Nous ne sommes nous que dans le reflet qu’on nous offre à regarder, dans la limite où nous nous inscrivons, dans la liberté consentie et la mort programmée. Ses toiles immenses observent depuis 1996 la mobilité humaine, ce qu’elle dessine de projets, ce qu’elle construit, ce qu’elle détruit, tout aussi obstinément.


Diplômée de la Rhodes Island school of design (1997), la peintre d’origine éthiopienne croise donc en permanence les médiums, les sources d’inspiration, la poésie, l’architecture, l’archéologie, pour faire apparaître une forme très particulière d’expression, monumentale et totalement raisonnée, où la couleur est souvent considérée comme une perturbation de la forme. Alors le gris prend tout l’espace. Il devient le contenant de tout, le principe, le volume actif, où tout le reste ne serait qu’une forme de décoration.

Conjointement organisée par le Whitney Museum of American Art de New York et le Los Angeles County Museum of Art, cette exposition est la plus importante réalisée sur la peintre éthiopienne. Elle regroupe une trentaine de tableaux et une quarantaine de dessins. La période couvre environ 25 ans. Ce n’est rien au regard des temps que la peintre explore, juste l’amorce d’un pas dans le vertige absolu de l’abstraction.


RC (ZO mag’)Jusqu’au 8 août 2021, Whitney Museum of american art, New York.
https://whitney.org/exhibitions/julie-mehretu

2 commentaires

  1. Pingback: Zo mag'Magazine d'Art Contemporain AfricainEthiopie / Peinture / Julia Mehretu / LE BRUIT QUE FAIT LE MONDE

  2. Pingback: Zo mag'Magazine d'Art Contemporain AfricainEthiopie / Peinture / Julia Mehretu / LE BRUIT QUE FAIT LE MONDE

Laisser un commentaire