๐—จ๐—ฆ๐—” / ๐—ฃ๐—น๐—ฎ๐˜€๐˜๐—ถ๐—ฐ๐—ถ๐—ฒ๐—ป๐—ป๐—ฒ / ๐—•๐—ถ๐˜€๐—ฎ ๐—•๐˜‚๐˜๐—น๐—ฒ๐—ฟ / ๐—–’๐—˜๐—ฆ๐—ง ๐—” ๐—–๐—” ๐—ค๐—จ๐—˜ ๐—ฅ๐—˜๐—ฆ๐—ฆ๐—˜๐— ๐—•๐—Ÿ๐—”๐—œ๐—ง ๐—Ÿ๐—” ๐— ๐—”๐—œ๐—ฆ๐—ข๐—ก

« ๐˜‘’๐˜ฆ๐˜น๐˜ฑ๐˜ณ๐˜ช๐˜ฎ๐˜ฆ ๐˜ค๐˜ฆ ๐˜ฒ๐˜ถ๐˜ฆ ๐˜ซ๐˜ฆ ๐˜ค๐˜ณ๐˜ฐ๐˜ช๐˜ด ๐˜ฆฬ‚๐˜ต๐˜ณ๐˜ฆ ๐˜ญ๐˜ข ๐˜ท๐˜ข๐˜ญ๐˜ฆ๐˜ถ๐˜ณ ๐˜ฆฬ๐˜จ๐˜ข๐˜ญ๐˜ฆ ๐˜ฅ๐˜ฆ ๐˜ต๐˜ฐ๐˜ถ๐˜ด ๐˜ญ๐˜ฆ๐˜ด ๐˜ฉ๐˜ถ๐˜ฎ๐˜ข๐˜ช๐˜ฏ๐˜ด » Cette phrase, toute simple, rรฉsume parfaitement le travail de Bisa Butler. Dans un pays oรน la contribution noire a longtemps รฉtรฉ ignorรฉe, elle rรฉรฉcrit l’histoire selon ses codes, dans une syntaxe afro-amรฉricaine, des couleurs, des tissus, des visages qui sont les siens. C’est ce qu’on appelle la recouvrance. Son rรฉcit se conjugue donc au quotidien.

« ๐˜Š๐˜ฆ๐˜ด ๐˜ฉ๐˜ช๐˜ด๐˜ต๐˜ฐ๐˜ช๐˜ณ๐˜ฆ๐˜ด ๐˜ช๐˜ฏ๐˜ค๐˜ฐ๐˜ฏ๐˜ฏ๐˜ถ๐˜ฆ๐˜ด ๐˜ฎ๐˜ฆ ๐˜ง๐˜ข๐˜ด๐˜ค๐˜ช๐˜ฏ๐˜ฆ๐˜ฏ๐˜ต. ๐˜‘๐˜ฆ ๐˜ด๐˜ฆ๐˜ฏ๐˜ด ๐˜ค๐˜ฆ๐˜ด ๐˜จ๐˜ฆ๐˜ฏ๐˜ด. ๐˜‘๐˜ฆ ๐˜ค๐˜ฐ๐˜ฏ๐˜ฏ๐˜ข๐˜ช๐˜ด ๐˜ค๐˜ฆ๐˜ด ๐˜ฉ๐˜ช๐˜ด๐˜ต๐˜ฐ๐˜ช๐˜ณ๐˜ฆ๐˜ด ๐˜ฑ๐˜ข๐˜ณ๐˜ค๐˜ฆ ๐˜ฒ๐˜ถ๐˜ฆ ๐˜ซ’๐˜ข๐˜ช ๐˜จ๐˜ณ๐˜ข๐˜ฏ๐˜ฅ๐˜ช ๐˜ข๐˜ท๐˜ฆ๐˜ค ๐˜ต๐˜ฐ๐˜ถ๐˜ต๐˜ฆ ๐˜ฎ๐˜ข ๐˜ท๐˜ช๐˜ฆ. ๐˜‘๐˜ฆ ๐˜ด๐˜ข๐˜ช๐˜ด ๐˜ฒ๐˜ถ๐˜ฆ ๐˜ฎ๐˜ฐ๐˜ฏ ๐˜ฑ๐˜ณ๐˜ฐ๐˜ฑ๐˜ณ๐˜ฆ ๐˜ฑ๐˜ฆฬ€๐˜ณ๐˜ฆ ๐˜ฆ๐˜ด๐˜ต ๐˜ฑ๐˜ข๐˜ณ๐˜ต๐˜ช ๐˜ฅ๐˜ถ ๐˜Ž๐˜ฉ๐˜ข๐˜ฏ๐˜ข ๐˜ฆ๐˜ฏ 1960 ๐˜ฑ๐˜ฐ๐˜ถ๐˜ณ ๐˜ฆฬ๐˜ต๐˜ถ๐˜ฅ๐˜ช๐˜ฆ๐˜ณ ๐˜ข๐˜ถ๐˜น ๐˜Œฬ๐˜ต๐˜ข๐˜ต๐˜ด-๐˜œ๐˜ฏ๐˜ช๐˜ด. ๐˜‹๐˜ข๐˜ฏ๐˜ด ๐˜ด๐˜ข ๐˜ท๐˜ข๐˜ญ๐˜ช๐˜ด๐˜ฆ, ๐˜ช๐˜ญ ๐˜บ ๐˜ข๐˜ท๐˜ข๐˜ช๐˜ต ๐˜ถ๐˜ฏ๐˜ฆ ๐˜ค๐˜ฉ๐˜ฆ๐˜ฎ๐˜ช๐˜ด๐˜ฆ ๐˜ฆ๐˜ต ๐˜ฅ๐˜ฆ๐˜ถ๐˜น ๐˜ฑ๐˜ข๐˜ฏ๐˜ต๐˜ข๐˜ญ๐˜ฐ๐˜ฏ๐˜ด. ๐˜‘๐˜ฆ ๐˜ค๐˜ฐ๐˜ฏ๐˜ฏ๐˜ข๐˜ช๐˜ด ๐˜ฎ๐˜ข ๐˜ต๐˜ข๐˜ฏ๐˜ต๐˜ฆ ๐˜š๐˜ฉ๐˜ฆ๐˜ช๐˜ญ๐˜ข, ๐˜ฅ๐˜ฐ๐˜ฏ๐˜ต ๐˜ญ๐˜ข ๐˜ง๐˜ข๐˜ฎ๐˜ช๐˜ญ๐˜ญ๐˜ฆ ๐˜ข ๐˜ฒ๐˜ถ๐˜ช๐˜ต๐˜ต๐˜ฆฬ ๐˜ญ๐˜ฆ ๐˜”๐˜ช๐˜ด๐˜ด๐˜ช๐˜ด๐˜ด๐˜ช๐˜ฑ๐˜ฑ๐˜ช ๐˜ฑ๐˜ฐ๐˜ถ๐˜ณ ๐˜Š๐˜ฉ๐˜ช๐˜ค๐˜ข๐˜จ๐˜ฐ ๐˜ฅ๐˜ข๐˜ฏ๐˜ด ๐˜ญ๐˜ฆ๐˜ด ๐˜ข๐˜ฏ๐˜ฏ๐˜ฆฬ๐˜ฆ๐˜ด 40. ๐˜‘๐˜ฆ ๐˜ค๐˜ฐ๐˜ฏ๐˜ฏ๐˜ข๐˜ช๐˜ด ๐˜ญ๐˜ข ๐˜ง๐˜ช๐˜ฆ๐˜ณ๐˜ต๐˜ฆฬ ๐˜ฅ๐˜ถ ๐˜ต๐˜ณ๐˜ข๐˜ท๐˜ข๐˜ช๐˜ญ ๐˜ข๐˜ค๐˜ฉ๐˜ข๐˜ณ๐˜ฏ๐˜ฆฬ ๐˜ฆ๐˜ต ๐˜ญ๐˜ข ๐˜ฅ๐˜ช๐˜จ๐˜ฏ๐˜ช๐˜ต๐˜ฆฬ ๐˜ฅ๐˜ฆ ๐˜ค๐˜ฆ๐˜ด ๐˜จ๐˜ฆ๐˜ฏ๐˜ด ๐˜ฑ๐˜ข๐˜ณ๐˜ค๐˜ฆ ๐˜ฒ๐˜ถ’๐˜ช๐˜ญ๐˜ด ๐˜ด๐˜ฐ๐˜ฏ๐˜ต ๐˜ฎ๐˜ฐ๐˜ฏ ๐˜ฑ๐˜ฆ๐˜ถ๐˜ฑ๐˜ญ๐˜ฆ. »

« ๐˜•๐˜ฐ๐˜ถ๐˜ด ๐˜ข๐˜ท๐˜ฐ๐˜ฏ๐˜ด ๐˜ญ๐˜ข ๐˜ณ๐˜ฆ๐˜ด๐˜ฑ๐˜ฐ๐˜ฏ๐˜ด๐˜ข๐˜ฃ๐˜ช๐˜ญ๐˜ช๐˜ต๐˜ฆฬ ๐˜ฅ๐˜ฆ ๐˜ฅ๐˜ฐ๐˜ค๐˜ถ๐˜ฎ๐˜ฆ๐˜ฏ๐˜ต๐˜ฆ๐˜ณ ๐˜ฆ๐˜ต ๐˜ฅ๐˜ฆ ๐˜ค๐˜ฐ๐˜ณ๐˜ณ๐˜ช๐˜จ๐˜ฆ๐˜ณ ๐˜ญ๐˜ฆ๐˜ด ๐˜ช๐˜ฏ๐˜ง๐˜ฐ๐˜ณ๐˜ฎ๐˜ข๐˜ต๐˜ช๐˜ฐ๐˜ฏ๐˜ด ๐˜ฆ๐˜ณ๐˜ณ๐˜ฐ๐˜ฏ๐˜ฆฬ๐˜ฆ๐˜ด ๐˜ด๐˜ถ๐˜ณ ๐˜ฏ๐˜ฐ๐˜ต๐˜ณ๐˜ฆ ๐˜ฑ๐˜ฆ๐˜ถ๐˜ฑ๐˜ญ๐˜ฆ. » Bisa Butler

Et ce sont ces visages, ces regards et ces interrogations d’enfants, ces hommes volontaires, ces vieux souriants qu’elle habille de tissus, de papiers peints, de dรฉcors composites, dans un collage infiniment rรฉel, puisque ce sont les siens, sa propre famille, le sang de son sang qu’elle pose en images. L’album tient pour elle d’une responsabilitรฉ morale. « ๐˜•๐˜ฐ๐˜ถ๐˜ด ๐˜ข๐˜ท๐˜ฐ๐˜ฏ๐˜ด ๐˜ญ๐˜ข ๐˜ณ๐˜ฆ๐˜ด๐˜ฑ๐˜ฐ๐˜ฏ๐˜ด๐˜ข๐˜ฃ๐˜ช๐˜ญ๐˜ช๐˜ต๐˜ฆฬ ๐˜ฅ๐˜ฆ ๐˜ฅ๐˜ฐ๐˜ค๐˜ถ๐˜ฎ๐˜ฆ๐˜ฏ๐˜ต๐˜ฆ๐˜ณ ๐˜ฆ๐˜ต ๐˜ฅ๐˜ฆ ๐˜ค๐˜ฐ๐˜ณ๐˜ณ๐˜ช๐˜จ๐˜ฆ๐˜ณ ๐˜ญ๐˜ฆ๐˜ด ๐˜ช๐˜ฏ๐˜ง๐˜ฐ๐˜ณ๐˜ฎ๐˜ข๐˜ต๐˜ช๐˜ฐ๐˜ฏ๐˜ด ๐˜ฆ๐˜ณ๐˜ณ๐˜ฐ๐˜ฏ๐˜ฆฬ๐˜ฆ๐˜ด ๐˜ด๐˜ถ๐˜ณ ๐˜ฏ๐˜ฐ๐˜ต๐˜ณ๐˜ฆ ๐˜ฑ๐˜ฆ๐˜ถ๐˜ฑ๐˜ญ๐˜ฆ. » Elle coud donc, comme ses mรจres et ses tantes l’ont fait et elle la condition des familles dans l’Amรฉrique blanche, le froid, la pauvretรฉ, l’absence de soins, le dรฉni d’existence, la disparition programmรฉe de la mรฉmoire.

Rรฉtablir entre les gens une autre parole, d’autres mots. Que la valeur รฉgale soit reconnue.

Comme ces tantes et sa mรจre, Bisa Butler coud des courtepointes. C’est un tissu « apaisant » qu’on pose sur les lits, dont on s’enveloppe pour la chaleur en hiver. La plasticienne l’associe au rรฉconfort et au dialogue. Que ce tissu, peint de couleurs africaines, figurant des visages de son Amรฉrique africaine, rรฉtablisse entre les gens une autre parole, d’autres mots. Que la valeur รฉgale soit reconnue.

« Portraits », Institut d’art de Chicago, jusqu’ร  fin avril. (Chicago, USA)
Roger Calmรฉ (ZO mag’)
Photos: DR, Claire Olivier et Bisa Butler
https://www.claireoliver.com/artists/bisa-butler/


Une réflexion sur “๐—จ๐—ฆ๐—” / ๐—ฃ๐—น๐—ฎ๐˜€๐˜๐—ถ๐—ฐ๐—ถ๐—ฒ๐—ป๐—ป๐—ฒ / ๐—•๐—ถ๐˜€๐—ฎ ๐—•๐˜‚๐˜๐—น๐—ฒ๐—ฟ / ๐—–’๐—˜๐—ฆ๐—ง ๐—” ๐—–๐—” ๐—ค๐—จ๐—˜ ๐—ฅ๐—˜๐—ฆ๐—ฆ๐—˜๐— ๐—•๐—Ÿ๐—”๐—œ๐—ง ๐—Ÿ๐—” ๐— ๐—”๐—œ๐—ฆ๐—ข๐—ก

Votre commentaire

Entrez vos coordonnรฉes ci-dessous ou cliquez sur une icรดne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez ร  lโ€™aide de votre compte WordPress.com. Dรฉconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez ร  lโ€™aide de votre compte Google. Dรฉconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez ร  lโ€™aide de votre compte Twitter. Dรฉconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez ร  lโ€™aide de votre compte Facebook. Dรฉconnexion /  Changer )

Connexion ร  %s