Non classé
2 commentaires

USA / Plasticienne / Adia Millett / QUADRATURE ORANGE ET PASSAGE NUAGEUX

Dans ses précédentes réalisations, Adia Millett ouvrait déjà de singuliers paysages. Il arrive que l’artiste prenne le parti-pris de relire les éléments constitutifs. Par exemple elle se débarrasse de ce qui est compliqué dans la forme. Une montagne se réduit à un simple triangle. Une forêt se compose de sphères qui s’imbriquent les unes dans les autres. La réalité nouvelle est forcément singulière. Mais si l’on y réfléchit de plus près, pas certain qu’un insecte voit l’herbe qu’il a devant lui de la même façon qu’une caméra à infrarouge ou un enregistreur phonique. La réalité est fluctuante. Et ce sont ces fluctuations qu’Adia Millet traduit.

« The Moon is always full » participe à ce jeu de construction et de déconstruction. Millett démonte les choses (et les idées), elle enlève, elle déplace, elle raccommode et livre ainsi des histoires en mutation. « La lune est toujours pleine » par exemple, figée dans un cosmos de couleur incertaine, qui hésite entre les saisons, les époques, les appartenances qui ont été et ne seront plus.

Millett démonte les choses (et les idées), elle enlève, elle déplace, elle raccommode et livre ainsi des histoires en mutation.

« 𝘔𝘰𝘯 𝘵𝘳𝘢𝘷𝘢𝘪𝘭 𝘳𝘦𝘯𝘥 𝘩𝘰𝘮𝘮𝘢𝘨𝘦 𝘢𝘶 𝘱𝘢𝘴𝘴𝘦́ 𝘱𝘢𝘳 𝘭’𝘶𝘵𝘪𝘭𝘪𝘴𝘢𝘵𝘪𝘰𝘯 𝘥𝘦 𝘵𝘪𝘴𝘴𝘶𝘴 𝘳𝘦́𝘶𝘵𝘪𝘭𝘪𝘴𝘦́𝘴 𝘦𝘵 𝘥’𝘪𝘤𝘰𝘯𝘰𝘨𝘳𝘢𝘱𝘩𝘪𝘦 𝘩𝘪𝘴𝘵𝘰𝘳𝘪𝘲𝘶𝘦. 𝘔𝘢𝘪𝘴 𝘥𝘢𝘯𝘴 𝘴𝘰𝘯 𝘪𝘮𝘢𝘨𝘦𝘳𝘪𝘦 𝘢𝘤𝘵𝘶𝘦𝘭𝘭𝘦, 𝘪𝘭 𝘦𝘴𝘵 𝘵𝘰𝘶𝘵 𝘦𝘯𝘵𝘪𝘦𝘳 𝘵𝘰𝘶𝘳𝘯𝘦́ 𝘷𝘦𝘳𝘴 𝘭’𝘢𝘷𝘦𝘯𝘪𝘳 𝘦𝘵 𝘴’𝘦𝘯 𝘪𝘯𝘧𝘰𝘳𝘮𝘦 », dit-elle. « 𝘊𝘦𝘭𝘢 𝘯𝘰𝘶𝘴 𝘳𝘢𝘱𝘱𝘦𝘭𝘭𝘦 𝘭’𝘪𝘮𝘱𝘰𝘳𝘵𝘢𝘯𝘤𝘦 𝘥𝘶 𝘳𝘦𝘯𝘰𝘶𝘷𝘦𝘢𝘶 𝘦𝘵 𝘥𝘦 𝘭𝘢 𝘳𝘦𝘤𝘰𝘯𝘴𝘵𝘳𝘶𝘤𝘵𝘪𝘰𝘯, 𝘯𝘰𝘯 𝘴𝘦𝘶𝘭𝘦𝘮𝘦𝘯𝘵 𝘱𝘢𝘳 𝘭𝘦 𝘱𝘳𝘰𝘤𝘦𝘴𝘴𝘶𝘴 𝘢𝘳𝘵𝘪𝘴𝘵𝘪𝘲𝘶𝘦, 𝘮𝘢𝘪𝘴 𝘢𝘶𝘴𝘴𝘪 𝘱𝘢𝘳 𝘭𝘢 𝘱𝘰𝘴𝘴𝘪𝘣𝘪𝘭𝘪𝘵𝘦́ 𝘥’𝘶𝘯 𝘤𝘩𝘢𝘯𝘨𝘦𝘮𝘦𝘯𝘵 𝘵𝘳𝘢𝘯𝘴𝘧𝘰𝘳𝘮𝘢𝘵𝘦𝘶𝘳. »

Originaire de Los Angeles, l’artiste a suivi de multiples formations, comme le prestigieux Whitney Museum Independent Study Program (2001), et un programme de résidence au Museum in Harlem. Ses travaux ont été depuis montrés dans de nombreux lieux comme les musées d’art d’Atlanta, de Chicago, d’Harlem ou de la Nouvelle-Orléans et de Santa Monica. Dans nombre de ces lieux, elle a également enseigné, comme artiste résidente. « La Lune » marque en fait une autre étape importante de son travail. Le satellite, selon des nouvelles dispositions, resterait à une place apparemment définitive. A l’inverse, l’ombre humaine pourrait changer pas de taille et de matière.

« The moon is always full », jusqu’au 22 avril.
RC (ZO mag’)
Photos: DR et Morton Fine Art.
https://www.mortonfineart.com/artist/adia-millett

2 commentaires

  1. Pingback: USA / Plasticienne / Adia Millett / QUADRATURE ORANGE ET PASSAGE NUAGEUX | Morton Fine Art: curator's notes

Laisser un commentaire