Sculpture et installations
Laisser un commentaire

Nigeria / Sculpture / Eva Obodo / EN LAMBEAUX

D’avoir longtemps travaillé auprès d’ El Anatsui n’y est pas étranger. C’est d’assemblage concret et de correspondances immatérielles qu’Eva Obodo nourrit son tissage. Rien d’étonnant d’ailleurs que le plasticien nigérian ait choisi ce médium. Le fil est à la base de toute élaboration, de toute conversation. La société est un tissage, le vêtement et la relation humaine aussi, la construction sous bien des aspects peut y recourir. Bref, Eva Obodo tisse et par ce biais montre à voir une situation bien compliquée. Le tissu est déchiré, il est sali, certaines parties partent en lambeaux. Il faut recoudre et rapiécer, il faut sauver ce qui peut l’être. Ne jamais perdre le fil et apprendre à le renouer. L’art peut être à l’image du métier, une façon de préserver le mouvement, le passage nécessaire de la navette, entre les deux fils, le présent et le passé. Ce qui en sort…

Deuxième chapitre d’une série d’expositions consacrées au département d’art Nsukka (Lagos), ces « Travaux récents » sont un regard très critique sur les structures sociétales qui régissent nos vies contemporaines. Il n’est pas évident que cette abstraction lumineuse et textile le suggère d’emblée. Mais Evariste Obodo, prête une attention permanente aux perspectives d’avenir. « Le passé et le présent sont déjà connus. L’avenir reste un mystère. Séparer par morceaux le passé et le présent, puis les reconstruire pièce par pièce, petit à petit et ligne par ligne, génère des images visuelles qui éclairent l’avenir. » disait-il déjà en 2015. Le travail s’est poursuivi et ses conclusions n’encouragent pas à un fol optimisme.

La galerie Ko n’a pas choisi d’illustrer autrement « Recent works ». Il s’agit d’un vêtement sombre peut-être, d’une toge royale, spécialement appropriée pour une promenade dans les décombres. Le ciel est bien sombre au-dessus de Lagos et de l’humanité en général.

Recent Works, d’Eva Obodo, du 25 fév. Au 18 mars, galerie kó, Lagos.
RC (ZO mag’)
Photos : DR et Gallery Ko
https://ko-artspace.com/

Laisser un commentaire