Peinture
1 commentaire

Expo virtuelle / Cap Vert / Tchalê Figueira / PLUS QUE L’ENVIE, L’AMOUR.

Sans doute, est-ce dans la nature même de l’île. Elle est à la fois minuscule et immense. Et ses enfantements, pour exister, doivent être considérables. Les volcans, les cyclopes et certains peintres sont à cette image. Ils débordent du cadre. Dans une époque convenue, sourires métalliques et nécessité du marché, la voix de Tchalê Figueira ne se contente pas de l’étroit. Il lui faut de la place pour dire et mettre la couleur, pour écrire et percuter. Alors la toile est dans ce vagissement de rouge et de noir, faite du même cri, de la même envie. A 65 ans, le peintre cap-verdien n’a plus rien à faire des tractations avec le diable. Sa trajectoire va entre des points d’horizon libres et nullement concentriques. La couleur joue avec les ciels intérieurs et les déplacements du volcan. C’est bruyant, lumineux, comme des coups de cymbale, mobile et maximal.

Les îles océanes, celles qui nichent dans l’immense. Pour ceux qui s’en souviennent, en 1993 déjà, la Revue Noire lui consacrait sa couverture. Les peintures étaient résolument brutales et follement poétiques. Puis au fil des saisons, la palette est devenue plus sombre, mais nourrie de lave froide, brillante comme un reflet dans l’œil du charbon. Quinze ans ont passé, sans que le cri ne perde son âme.

Nourrie de lave froide, brillante comme un reflet dans l’œil du charbon.

Alors qu’en est-il aujourd’hui de ce chasseur d’espace ? Comment respire-t-il ? C’est en interrogations qu’il faut mesurer tout ça. « Rien n’est nouveau dans cette vie. La peinture, l’écriture, la musique sont pour moi le besoin de partager la beauté mais aussi la laideur du Monde. Dialogue, protestation, sur l’importance de comprendre l’humanité dans sa condition éphémère sur cette planète, en essayant de comprendre, en interrogeant ce qu’elle est. »  Ses toiles parlent du quotidien, de la médiocrité décisionnelle et de la sublime soif du rêve. Proximité des contraires. Accouplements de l’ombre. Que cette femme est belle et que ce jaloux semble minable. Tchalé Figueira balade son pinceau comme un crayon. Il raconte une histoire. Notre pauvre et belle histoire. Saudade.

Cette exposition que propose Désirée Roua (Kiunga) présente certains de ses récents travaux, réalisés en 2020 et 2021. Une acrylique remplie de tous les bruits de la vie. Bien sûr il y a du souci à se faire, le monde fait parfois de méchantes grimaces. Mais cette peinture ne perd jamais un formidable amour de la vie. Dans les regards, dans les attentes, le sourire d’une reine, le caprice d’un gamin, et plus encore dans ses dessins, que l’on voit si rarement… le désir.

Les îles sont soumises à des horaires particuliers. Le crépuscule leur convient, mais l’aube plus encore. C’est au réveil que le désir de la vie est le plus grand.

Textes : Roger Calmé.
Photos : ©T. Figueira

«Je peins parce que cela me fait plaisir et j’aime partager mon art avec les autres. Quand je peins, je ne pense pas à ce que je voudrais accomplir avec l’art, je peins simplement et je le fais avec passion… » Tchalê Figueira.

L’EXPO

Les trois et leurs chattes, 100 x 100cm acrylique sur toile, 2020
Plus que l’envie, l’amour. 127 x 120cm acr. sur toile, 2020
Certains souriants, d’autres effrayés, 160x 150 cm, acr. sur toile, 2020
Moitié animal, moitié personne, 135 x 110 cm, acr. sur toile, 2020
Paisagem, 130 x 100 cm, acr. sur toile, 2020
Bougie en plein jour (Diogène), 150 x 140 cm, acr. sur toile, 2020
Amour carré, 200 x 150 cm, acr. sur toile, 2021
Snotty, acr. sur toile, 75 x 57 cm, 2021.
Matlot , acr. sur toile, 75 x 57 cm, 2021.

Les dessins
Redevenus oiseaux

Juste du blanc et du noir, des traits portés comme des lames, ou des ailes d’oiseau, des accents posés dans tous les sens. Libres. Les dessins de Tchalê Figueira respirent cette absolue liberté du soleil. «  Dessiner pour moi, dit-il, c’est la liberté d’inventer d’autres histoires, des traits apparemment simples dans une audace comme un haïku (poème japonais très court)… Peut-être que ça servira plus tard, pour une toile, mais ce sont pas des croquis, jamais. Ils racontent autre chose, un raccourci de la pensée, peut-être. »

Dans ses récents carnets, Tchalê en aligne par dizaines, des syncopes parfaites qui disent le sentiment d’aimer, le vertige d’une séparation charnelle, la course d’un dieu au-dessus d’un cheval. C’est brutal et parfois lascif, c’est dit d’une certaine façon, en syllabes noires et en consonnes blanches. Un récit, une tirade, courte et incisive.

Parcours
Tchalê Figueira est né à Mindelo (São Vicente, Cabo Verde), le 2 octobre 1953. Son parcours associe aussi bien la peinture que l’écriture, la poésie, le roman que les grandes toiles figuratives. La liste de ses expositions est assez considérable et les œuvres ont été montrées dans le monde entier : Angola, Autriche, Brésil, Cabo Verde, Cuba, France, Allemagne, Italie, Mozambique, Portugal, Sénégal, Espagne, Suisse, Pays-Bas et États-Unis.

Expositions 2008-2019
2019 Céramique Almadie – Mauro Petroni, (Sénégal).
AKAA-Art Fair-Paris, Galeria Perve de Lisbonne (France).
2018 Galeria Perve (Portugal)
Pautcha Arts (Cabo Verde)
2017 AKAA-Art Fair-Paris, Galeria Perve de Lisbonne (France).
2016 Galeria Saro Leon, Las Palmas (Canaries Espagne).
2015 Arte Periferica (Portugal)
Galeria Cuadro 22, Chur (Suisse).
2014 Afriques Lumière, Palais de Chaillot (France).
Pautcha Arts (Cabo Verde)
Mauro Petrone Galerie (Sénégal) 
Galeria Saro Leon (Canaries)
2013 Centro Atlântico de Arte Moderno (Canaries)
2011 Galeria de Arte Contemporânea (Portugal)
2010 Influx Contemporary Art (Portugal)
Céramique Les Almadie, Mauro Petroni (Sénégal).
Casa d’AFRICA (C), Las Palmas.
Horizontes Insulares Centro de Arte La Regenta
Exposição Sete Sóis Sete Luas, Pontedera (Italie)
2009 Exposição Galeria Bollag (Suisse)
Festival des Arts Nègres (C) (Sénégal)
Fondation Blachère (France)
2008 Galerie Mitart (Suisse)
Museu de Arte, Havana (Cuba)
Dak´Art Biennale « Off » Mauro Petroni (Sénégal)

Autres…
Galerie Stampa (1980, 81, 82, 83), Bâle (Suisse).
Kunshalle Basel (C), 1982
Galerie Corin Humel, Basel, 1979
Prix
2013 Pintor de confiança dos Cabo-Verdianos
2008 Prix de la Fondation Blachère.

Livres publiés:
1992 Todos os Naufrágios do Mundo (poésie)
1998 Onde os Sentimentos se Encontram (poésie)
2002 O Azul e a Luz (poésie)
2005 Solitário (roman)
Ptolomeu e a sua Viagem de Circum- Navegação (roman)
2011 Contos de Basileia A Viagem (poésie)
2012 A Inde Que Todos Procuramos (roman)
2016 Solitude Blues (roman)
Uma Pequena Odisseia Mindelense (roman)
Moro Nesta Ilha Há Mais de 50 Anos (contes)
2017 Curto 7 Contos (contes)
2019 A Idade Poética (poésie)

Contact
Kiunga Galerie 63, rue Raymond Poincaré 33110 Le Bouscat.
galeriekiunga@gmail.com
Tél. : 06 62 90 79 71

Cette entrée a été publiée dans : Peinture

1 commentaire

  1. Pingback: Interview / Tchalê Figueira / « Certains souriant, d’autres apeurés » – ZO mag'

Laisser un commentaire