Caraïbes / Florence Poirier Nkpa / LIBÉRÉE D’UN MIROIR

Impossible d’y échapper. Votre visage est là et il vous regarde. C’est simple, tout pose problème avec ce reflet que vous offrez et celui qui vous revient. Est-ce ainsi que les gens me voient ? Est-ce bien moi ? J’aurais tellement voulu être un(e) autre ! L’image de soi est un vaste gouffre dans laquelle s’entasse une multitude de représentations, voulues et imposées, de choix et d’absences, du blanc, du noir, alors qu’on voudrait autre chose. « Refaites-moi une tête, je ne ressemble à rien, » dit la femme à son coiffeur. On s’y perd à la fin. Et c’est justement cette perte d’image et les tentatives de reconstruction qui intéressent Florence Poirier-Nkpa.

Depuis plusieurs années, la plasticienne s’est intéressée à ce que le visage pouvait receler de possibles. Les « Avatars » qui composent son (immense) galerie d’autoportraits sont des masques inventés, des possibilités d’elle-même. Ils tiennent à des raisons multiples. Comme elle l’explique : « mon visage disparaît et s’offre à l’instabilité du hasard. Ainsi défini, je me demande s’il peut prendre ma place au point de n’être plus qu’un subterfuge de moi-même (…). La promesse d’un ailleurs infini. » Dans le collage digital, sont alors apparus d’innombrables possibles, des bouches latéralement dessinées, des yeux nègres, des déplacements d’espace aussi, parce que le ciel sous cet angle est une piscine. Et dans ce bassin de vingt-cinq mètres, la température de l’eau est parfois un peu fraîche.

Pris dans ce tourbillon, le physique se désagrège, et avec lui l’identité imposée. « (…) Ni sexe, ni âge, ni couleur, ni expression auxquels s’accrocher, mais simplement des références qui me détruisent physiquement et que ma détermination reconstruit. » D’autres peintres comme Wangechi Mutu (Kenya) ou Citlally Miranda (Saint-Domingue) ont largement visité ces questions, sous l’angle de la couleur et du genre. L’opération chirurgicale a donc commencé, et vous pouvez être sûr qu’elle n’a rien de narcissique, parce qu’elle croise dans le déplacement du bistouri graphique autre chose que le « je ». Florence Poirier-Nkpa tient d’autres centres d’intérêt qu’elle-même.

Dans le collage digital, sont alors apparus d’innombrables possibles, des bouches latéralement dessinées, des yeux nègres, des déplacements d’espace aussi, parce que le ciel sous cet angle est une piscine.

Depuis cette époque des « Avatars », elle ne cesse d’inviter l’Autre à investir son espace numérique. L’Autre, c’est l’extérieur : vous, son voisin, une personne dans le bus… telle qu’elle les voit dans ses voyages, où les rencontres sont innombrables. L’Autre, c’est le hasard. Le merveilleux hasard qui bat les cartes comme il l’entend. Déjà dans ses autoportraits, il était omniprésent. La plasticienne prend des directions sans ce soucier de l’endroit où ça la conduira. Ça s’appelle la liberté. Les autres sont une part de cette liberté. Alors dans cette nouvelle série, noir et blanc, elle les invite. Et c’est une immense fête qui commence.

Florence Poirier-Nkpa aime ce que les autres ont à lui dire et à lui peindre. Pourquoi ne pas jouer à plusieurs mains ? La démarche est similaire à celle des « Avatars ». « J’aime me réinventer autour des rencontres que je fais. En 2018, j’ai croisé Ade Adesina avec qui j’ai commencé cette réflexion, « Without question ». Depuis je me suis mise à dessiner et à citer des artistes dans mes linogravures. Une chose est simple, je ne peux pas me complaire dans un style unique et demeurer enfermée dans une boîte. » A l’image des avatars qui lui permettaient de se reconstruire, ces univers graphiques lui ouvrent d’autres voyages. Cette fois, le décor est celui d’un muséum d’histoire naturelle. Deux dinosaures mugissent, une jeune fille reçoit une fessée sur les genoux de sa maîtresse, et des baobabs s’alignent comme les piliers d’un temple africain. L’air est franchement respirable, avec juste une pointe de cyanure. C’est à ça que le monde ressemble ce matin, dans son miroir.

Roger Calmé (ZO mag’)
Photos : ©Florence Poirier Nkpa et DR

Biographie
Florence Poirier Nkpa est née en 1972. Elle a suivi des études secondaires d’arts appliqués à Angoulême (1990), avant de s’engager un an en BTS de stylisme mode, à Tours. Finalement, elle intègre l’École normale supérieure de Cachan (1993), section Arts appliqués et Arts plastiques.
Par la suite, elle enseigne cette matière au Cameroun et en Guyane. Dans un même temps, elle participe au réseau Canopé en tant que rédactrice, illustratrice, graphiste et maquettiste.
En 2007, elle s’installe à St Martin (French West Indies), où elle fonde le collectif HeadMade Factory (2010). Représentée par Concept’art (Guadeloupe, 2013), SMO Contemporary Art (Lagos, 2018) et Pati’s gallery (St Barthélémy, 2017), l’artiste aime à se dire de « partout, de nulle part et d’ailleurs ». Et à formes multiples.

Expositions individuelles et résidences
Janvier 2009 : Galerie Magic, Grand Case (St-Martin).
2010 : Espèce de saleté, Collectivité de St-Martin.
2011 : Folie Rouge, Restaurant le Moulin Fou, St-Martin.
2012 : La puissance du Flegme, Marina Royale, Marigot (St-Martin).
2013 : A dream by night, Atypique Gallery. Marina Royale, Marigot.
2013 : Et soudain… l’instant d’après. Office de tourisme-Beach hôtel, St Martin.
En Septembre-Octobre 2014 : Résidence d’artiste à l’Artocarpe. Guadeloupe.
2015 : Idenmixité, Galerie L’App’Art, St-Martin.
2015 : «de cadres… encadrent», dans les rues de la ville du Moule et Musée Edgar Clerc, Guadeloupe.
2015 : Galerie Cap Sitelle, Cap Ferret (France).
Novembre 2015 : résidence d’artiste, Vives Voix, Dakar (Sénégal).
2016 : Eli & Me, Flo & I, Galerie L’App’Art, St-Martin.
2016 : Avatars & Autre(s), Concept’art (Guadeloupe).
Juin 2017 : Résidence d’artiste, Green Oliv Art House, Tétouan (Maroc).
2017 : Galerie Nocoart (Sint Maarten)
2018 : L’autre en toi, Concept’art (Guadeloupe).
2018 : Nomane, Richard-B Coiffure (St Martin).
Mars 2019 : Résidence d’artiste, Lycée Fustel de Coulanges, Yaoundé (Cameroun).
2019 : Performance, Studio Fish Day (St Martin).
2020 : Résidence d’artistes en Collaboration projet «Without question» avec le soutien de la Royal Scottish Academy et de la DAC Guadeloupe, Aberdeen (Ecosse)

Contacts 
headmadefactory@gmail.com
http://www.florencepoiriernkpa.com
Instagram : p.nkpbbb


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s