France / Cameroun / Claudie Poinsard / DE RIEN OU PRESQUE

๐™๐™ฃ๐™š ๐™˜๐™ค๐™ฃ๐™ซ๐™š๐™ง๐™จ๐™–๐™ฉ๐™ž๐™ค๐™ฃ ๐™š๐™ฃ๐™ฉ๐™ง๐™š ๐™ก๐™š ๐™™๐™š๐™™๐™–๐™ฃ๐™จ ๐™š๐™ฉ ๐™ก๐™š ๐™™๐™š๐™๐™ค๐™ง๐™จ ๐™™๐™š๐™จ ๐™˜๐™๐™ค๐™จ๐™š๐™จ, ๐™™๐™ž๐™ฉ-๐™š๐™ก๐™ก๐™š. ๐˜พ๐™ก๐™–๐™ช๐™™๐™ž๐™š ๐™‹๐™ค๐™ž๐™ฃ๐™จ๐™–๐™ง๐™™ ๐™ฅ๐™š๐™ž๐™ฃ๐™ฉ ๐™กโ€™๐™ž๐™ฃ๐™›๐™ž๐™ฃ๐™ž๐™š ๐™›๐™ง๐™–๐™œ๐™ž๐™ก๐™ž๐™ฉ๐™šฬ ๐™™๐™š ๐™กโ€™๐™ž๐™ฃ๐™จ๐™ฉ๐™–๐™ฃ๐™ฉ. ๐™€๐™ก๐™ก๐™š ๐™ฃโ€™๐™–๐™ง๐™ง๐™šฬ‚๐™ฉ๐™š ๐™ฅ๐™–๐™จ ๐™ก๐™š ๐™ฉ๐™š๐™ข๐™ฅ๐™จ, ๐™š๐™ก๐™ก๐™š ๐™จ๐™š ๐™ก๐™–๐™ž๐™จ๐™จ๐™š ๐™Ÿ๐™ช๐™จ๐™ฉ๐™š ๐™จ๐™ช๐™ง๐™ฅ๐™ง๐™š๐™ฃ๐™™๐™ง๐™š. ๐™€๐™ญ๐™ฅ๐™ค๐™จ๐™ž๐™ฉ๐™ž๐™ค๐™ฃ (๐™ซ๐™ž๐™ง๐™ฉ๐™ช๐™š๐™ก๐™ก๐™š) ๐™–ฬ€ ๐™‡๐™–๐™œ๐™ค๐™จ.

ยซ ๐˜ˆ๐˜ฑ๐˜ข๐˜ต๐˜ณ๐˜ช๐˜ฅ๐˜ฆ. ๐˜‘โ€™๐˜ข๐˜ฑ๐˜ฑ๐˜ข๐˜ณ๐˜ต๐˜ช๐˜ฆ๐˜ฏ๐˜ด ๐˜ขฬ€ ๐˜ค๐˜ฆ๐˜ต๐˜ต๐˜ฆ ๐˜ฆ๐˜ด๐˜ฑ๐˜ฆฬ€๐˜ค๐˜ฆ ๐˜ช๐˜ฏ๐˜ฅ๐˜ฆฬ๐˜ง๐˜ช๐˜ฏ๐˜ช๐˜ฆโ€ฆ ๐˜๐˜ญ๐˜ฐ๐˜ต๐˜ต๐˜ข๐˜ฏ๐˜ต๐˜ฆโ€ฆ ๐˜”๐˜ฆฬ๐˜ต๐˜ช๐˜ด๐˜ด๐˜ฆ ๐˜๐˜ณ๐˜ข๐˜ฏ๐˜ค๐˜ฐ-๐˜Š๐˜ข๐˜ฎ๐˜ฆ๐˜ณ๐˜ฐ๐˜ถ๐˜ฏ๐˜ข๐˜ช๐˜ด๐˜ฆ, ๐˜ซโ€™๐˜ข๐˜ช ๐˜ฒ๐˜ถ๐˜ช๐˜ต๐˜ต๐˜ฆฬ ๐˜ญ๐˜ฆ ๐˜Š๐˜ข๐˜ฎ๐˜ฆ๐˜ณ๐˜ฐ๐˜ถ๐˜ฏ ๐˜ขฬ€ ๐˜ญโ€™๐˜ขฬ‚๐˜จ๐˜ฆ ๐˜ฅ๐˜ฆ ๐˜ต๐˜ณ๐˜ฐ๐˜ช๐˜ด ๐˜ข๐˜ฏ๐˜ด, ๐˜ฑ๐˜ฐ๐˜ถ๐˜ณ ๐˜ฏ๐˜ฆ ๐˜ญ๐˜ฆ ๐˜ณ๐˜ฆ๐˜ต๐˜ณ๐˜ฐ๐˜ถ๐˜ท๐˜ฆ๐˜ณ ๐˜ฒ๐˜ถ๐˜ฆ ๐˜ฃ๐˜ช๐˜ฆ๐˜ฏ ๐˜ฅ๐˜ฆ๐˜ด ๐˜ข๐˜ฏ๐˜ฏ๐˜ฆฬ๐˜ฆ๐˜ด ๐˜ฑ๐˜ญ๐˜ถ๐˜ด ๐˜ต๐˜ข๐˜ณ๐˜ฅ. ๐˜‘๐˜ฆ ๐˜ฎ๐˜ฆ ๐˜ท๐˜ฐ๐˜ช๐˜ด ๐˜ฆ๐˜ฏ๐˜ค๐˜ฐ๐˜ณ๐˜ฆ ๐˜ด๐˜ถ๐˜ณ ๐˜ถ๐˜ฏ ๐˜ฃ๐˜ข๐˜ต๐˜ฆ๐˜ข๐˜ถ ๐˜ช๐˜ฎ๐˜ฎ๐˜ฆ๐˜ฏ๐˜ด๐˜ฆ ๐˜ฒ๐˜ถ๐˜ช ๐˜ฎโ€™๐˜ฆ๐˜ฎ๐˜ฎ๐˜ฆ๐˜ฏ๐˜ข๐˜ช๐˜ต ๐˜ฆ๐˜ฏ ๐˜๐˜ณ๐˜ข๐˜ฏ๐˜ค๐˜ฆ, ๐˜ญโ€™๐˜ข๐˜ถ๐˜ต๐˜ณ๐˜ฆ ๐˜ณ๐˜ช๐˜ท๐˜ฆ ๐˜ฅ๐˜ฆ ๐˜ฎ๐˜ข ๐˜ฏ๐˜ฐ๐˜ถ๐˜ท๐˜ฆ๐˜ญ๐˜ญ๐˜ฆ ๐˜ช๐˜ฅ๐˜ฆ๐˜ฏ๐˜ต๐˜ช๐˜ต๐˜ฆฬ. ยป On trouve ces quelques lignes sur son site. Une sorte de lieu confidentiel, dโ€™une intimitรฉ intraduisible. Claudie Poinsard habite lโ€™improbable rรฉalitรฉ, ร  quelques centimรจtres de ce que lโ€™on croit, de ce que le commun dโ€™entre nous imagine, dans cette folie qui est la certitude, lโ€™acquis, le dรฉfinitif. Elle veut ignorer ces mots. Sur les tableaux, ce sont des fragmentations, des รฉclats, de lโ€™infiniment fragile, captรฉs entre deux reflets, entre la surface et la temporaire profondeur.

Cโ€™est rare dโ€™entendre une peintre parler ainsi de son travail. ยซ ๐˜“๐˜ข ๐˜ฑ๐˜ฆ๐˜ช๐˜ฏ๐˜ต๐˜ถ๐˜ณ๐˜ฆ ๐˜ดโ€™๐˜ฆ๐˜ด๐˜ต ๐˜ช๐˜ฎ๐˜ฑ๐˜ฐ๐˜ด๐˜ฆฬ๐˜ฆ ๐˜ขฬ€ ๐˜ฎ๐˜ฐ๐˜ช ๐˜ค๐˜ฐ๐˜ฎ๐˜ฎ๐˜ฆ ๐˜ถ๐˜ฏ ๐˜ฑ๐˜ฐ๐˜ช๐˜ฏ๐˜ต ๐˜ฅโ€™๐˜ข๐˜ฏ๐˜ค๐˜ณ๐˜ข๐˜จ๐˜ฆ (โ€ฆ), ๐˜ถ๐˜ฏ ๐˜ญ๐˜ช๐˜ฆ๐˜ถ ๐˜ฅโ€™๐˜ฆฬ๐˜ท๐˜ข๐˜ด๐˜ช๐˜ฐ๐˜ฏ. ยป Dans un courrier, elle parle aussi de cette dissolution qui vient au bout de son pinceau. Elle รฉvoque un lieu silencieux oรน le dessin pallie lโ€™absence. Dans ses ratures, ses hรฉsitations, ses retours, le trait trace dโ€™hypothรฉtiques chemins, tandis que la couleur inaugure le foisonnement. Vous pensez alors ร  cette porte ouverte qui laisse entrer le jour.

ยซ ๐˜œ๐˜ฏ ๐˜ค๐˜ฐ๐˜ณ๐˜ฑ๐˜ด ๐˜ช๐˜ฏ๐˜ต๐˜ช๐˜ฎ๐˜ฆ ๐˜ด๐˜ฐ๐˜ถ๐˜ฎ๐˜ช๐˜ด ๐˜ขฬ€ ๐˜ญโ€™๐˜ถ๐˜ด๐˜ถ๐˜ณ๐˜ฆ ๐˜ฅ๐˜ถ ๐˜ต๐˜ฆ๐˜ฎ๐˜ฑ๐˜ด. ๐˜œ๐˜ฏ ๐˜ค๐˜ฐ๐˜ณ๐˜ฑ๐˜ด ๐˜ฒ๐˜ถ๐˜ช ๐˜ด๐˜ข๐˜ฏ๐˜ด ๐˜ค๐˜ฆ๐˜ด๐˜ด๐˜ฆ ๐˜ฆฬ๐˜ค๐˜ฉ๐˜ข๐˜ฑ๐˜ฑ๐˜ฆ. ๐˜œ๐˜ฏ ๐˜ค๐˜ฐ๐˜ณ๐˜ฑ๐˜ด ๐˜ฒ๐˜ถ๐˜ช ๐˜ท๐˜ข ๐˜ขฬ€ ๐˜ญ๐˜ข ๐˜ณ๐˜ฆ๐˜ฏ๐˜ค๐˜ฐ๐˜ฏ๐˜ต๐˜ณ๐˜ฆ ๐˜ฅ๐˜ฆ ๐˜ญโ€™๐˜ข๐˜ถ๐˜ต๐˜ณ๐˜ฆ. ๐˜œ๐˜ฏ ๐˜ค๐˜ฐ๐˜ณ๐˜ฑ๐˜ด ๐˜ฒ๐˜ถ๐˜ช ๐˜ช๐˜ฏ๐˜ค๐˜ข๐˜ณ๐˜ฏ๐˜ฆ ๐˜ญ๐˜ฆ ๐˜ฎ๐˜ฐ๐˜ฏ๐˜ฅ๐˜ฆโ€ฆ ยป

Et si la toile รฉtait cette seconde peau, ce deuxiรจme corps ? Une libertรฉ entrevue qui lโ€™ont suppose encore possible, imaginable. De retenir lโ€™รฉphรฉmรจre (dit-elle), parce quโ€™il nโ€™existe dรฉjร  plus, quโ€™il a disparu dans la profondeur lointaine de lโ€™oeil, ou de la mรฉmoire, ou de lโ€™indiffรฉrence. La peinture est pour partie dans ces bagages que Claudie Poinsard ouvre et referme. Demain elle remonte sur le bateau, elle rentre au Cameroun, elle ne veut rien oublier.

Sur les toiles que la galerie MAM (Douala) expose ร  Lagos, ce sont des corps de femmes quโ€™elle montre. Un temps, Claudie รฉtait venue dans lโ€™abstrait, chercher quelques affaires, et elle est repartie ร  la figuration fragile de ces visages penchรฉs, de ces vies qui hรฉsitent. ยซ ๐˜œ๐˜ฏ ๐˜ค๐˜ฐ๐˜ณ๐˜ฑ๐˜ด ๐˜ช๐˜ฏ๐˜ต๐˜ช๐˜ฎ๐˜ฆ ๐˜ด๐˜ฐ๐˜ถ๐˜ฎ๐˜ช๐˜ด ๐˜ขฬ€ ๐˜ญโ€™๐˜ถ๐˜ด๐˜ถ๐˜ณ๐˜ฆ ๐˜ฅ๐˜ถ ๐˜ต๐˜ฆ๐˜ฎ๐˜ฑ๐˜ด. ๐˜œ๐˜ฏ ๐˜ค๐˜ฐ๐˜ณ๐˜ฑ๐˜ด ๐˜ฒ๐˜ถ๐˜ช ๐˜ด๐˜ข๐˜ฏ๐˜ด ๐˜ค๐˜ฆ๐˜ด๐˜ด๐˜ฆ ๐˜ฆฬ๐˜ค๐˜ฉ๐˜ข๐˜ฑ๐˜ฑ๐˜ฆ. ๐˜œ๐˜ฏ ๐˜ค๐˜ฐ๐˜ณ๐˜ฑ๐˜ด ๐˜ฒ๐˜ถ๐˜ช ๐˜ท๐˜ข ๐˜ขฬ€ ๐˜ญ๐˜ข ๐˜ณ๐˜ฆ๐˜ฏ๐˜ค๐˜ฐ๐˜ฏ๐˜ต๐˜ณ๐˜ฆ ๐˜ฅ๐˜ฆ ๐˜ญโ€™๐˜ข๐˜ถ๐˜ต๐˜ณ๐˜ฆ. ๐˜œ๐˜ฏ ๐˜ค๐˜ฐ๐˜ณ๐˜ฑ๐˜ด ๐˜ฒ๐˜ถ๐˜ช ๐˜ช๐˜ฏ๐˜ค๐˜ข๐˜ณ๐˜ฏ๐˜ฆ ๐˜ญ๐˜ฆ ๐˜ฎ๐˜ฐ๐˜ฏ๐˜ฅ๐˜ฆโ€ฆ ยป On pense ร  certains tableaux de Degas (lโ€™angle) ou de Lautrec (sans cynisme). La maรฎtrise ? Mais non, cโ€™est bien plus que รงa. Deux femmes, assises cรดte ร  cรดte, qui pensent ร  leur vie, une jeune fille qui sourit dans une conversation au tรฉlรฉphone, cโ€™est tellement vrai, รงa dure une seconde, la porte sโ€™est dรฉjร  refermรฉe. La lumiรจre sโ€™รฉteint.

Roger Calmรฉ (ABA magโ€™)
Photos : DR et ยฉ Claudie Poinsard
Prรฉsent ร  Lagos20 (online); infos: www.facebook.com/galeriemam

Votre commentaire

Entrez vos coordonnรฉes ci-dessous ou cliquez sur une icรดne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez ร  lโ€™aide de votre compte WordPress.com. Dรฉconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez ร  lโ€™aide de votre compte Google. Dรฉconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez ร  lโ€™aide de votre compte Twitter. Dรฉconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez ร  lโ€™aide de votre compte Facebook. Dรฉconnexion /  Changer )

Connexion ร  %s

%d blogueurs aiment cette page :