Ouagadougou : quand la prison s’ouvrira

Maison d’arrêt de correction d’Ouagadougou. Depuis deux semaines, six femmes détenues s’associent aux efforts sanitaires de la ville. La petite structure de production de la MACO, le centre pénitentiaire, produit du savon. Placées dans différents points stratégiques de la capitale comme la Maison du Peuple, ces incitations à l’hygiène font partie du dispositif préventif auquel s’associent plusieurs associations. La sensibilisation à l’hygiène est un poste essentiel dans une ville où nombre d’habitants ignorent jusqu’à l’existence de la pandémie.

« Les détenues se retrouvent dans le même espace. Une femme qui a commis des actes violents, beaucoup de délits liés à la polygamie, des très jeunes en même temps. Et il n’y a aucun programme pour la réinsertion. » Fatoumata Diawara.

Un univers carcéral à revoir en totalité pour la présidente de l’association, « Femmes et prisons d’Afrique ».

Pour la Maison d’arrêt, l’association « Femmes et Prisons d’Afrique » sert d’interface.  Fatoumata Diawara et la présidente  Khady Sy Ouedraogo travaillent depuis trois ans à sociabiliser ces femmes, dans des situations complexes. Au sortir de la prison, se posera pour la grande majorité la question de l’insertion. Souvent seules avec des enfants, dans une précarité quasi-totale.

« Les conditions de détention ne sont pas simples, explique Fatoumata. Le manque de moyens déjà fait que toutes les détenues se retrouvent dans le même espace. Une femme qui a commis des actes violents, beaucoup de délits liés à la polygamie, des très jeunes en même temps. Et il n’y a aucun programme pour la réinsertion. », explique Khady Ouedraogo.

Le travail et le revenu qu’elles en retirent en est un. Sur la quarantaine de prisonnières, certaines avec des enfants (8), six ont donc rejoint l’atelier de production. La vente du savon et de la javel les aident sensiblement. Le moment de plus est particulier. Dans cette menace sanitaire qui pointe, une forme de participation citoyenne.

Le 2 avril, Le président burkinabé Roch Marc Christian Kaboré a gracié 1207 détenus pour freiner la propagation du coronavirus. Vingt femmes en auront bénéficié et huit dans les cellules de la Maco. Tout le monde s’accorde à saluer le geste. Il reste maintenant d’autre choses à mettre en place pour que ces détentions, dans l’avenir, puissent être éducatives. Pour l’association Femmes et prisons d’Afrique, ce sera la pierre angulaire d’une réforme du milieu carcéral.  

Contact : www.facebook.com/Femmes-et-Prisons-dAfrique-157587681423395/?__tn__=%2Cd%2CP-R&eid=ARCjBApryuXnLbHekkdwXUa30KvFjG990ATZJlVMfhk3rp2gZeyw8df0IzA3g_El3Piw3IEgGTxErOZ6

R. Calmé
Photos Association

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :